Ledjely.com
Accueil » CONAKRY: les femmes, le Baya et…les hommes !
Actualités Societé

CONAKRY: les femmes, le Baya et…les hommes !

En Guinée, comme dans beaucoup de pays africains, le port de Baya  par les femmes est devenu un véritable phénomène de société.  Apparemment un simple collier de perles, le Baya  est devenu un accessoire aux multiples pouvoirs, des pouvoirs controversés :   envoûtant, sensuel, aphrodisiaque, amulettes de protection… chacun y va de ses commentaires.

Au carrefour Constantin, dans la commune de Matam,  Amara Soumah, 28 ans,  détient un atelier de fabrication de colliers de perles  de toutes sortes. Mais l’un de ces articles les plus affectionnés par la gent féminin est le Baya. « Il y a plusieurs catégories de Baya : il y en a de couleur argent, couleur or,  il y a des Bayas lumière, il y a des Bayas gros grains ou petits grains », explique  Amara.

Le Baya de couleur lumière, selon lui, est très sollicité en raison de son implication envoutante. « Quand il n y’a plus de lumières dans la chambre,  il brille sous la robe de nuit et capte l’attention du monsieur  qui se rend compte immédiatement qu’il est à côté d’une femme», dit-il.

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

Depuis la nuit des temps, le Baya est un collier de perles  que beaucoup d’Africaines portent  autour de la taille. A l’origine, il était porté pour ses pouvoirs de guérison et de protection. Aujourd’hui, il est devenu un moyen de charmer  les hommes, à cause de son caractère érotique qui est authentifié par les porteuses. « Mon mari me dit qu’il est excité à chaque fois qu’il touche mon Baya. C’est pourquoi, je ne m’en sépare  jamais », témoigne  Nantènin Koulibali, ménagère  vivant à Coléyah Domino.  Un aveu partagé  par Houssénatou Bah, vendeuse de produits cosmétiques au marché d’enco5.  Elle pense que le Baya a un effet magique sur les hommes.

Selon plusieurs déclarations faites par les femmes, Il n’y as pas de nombre fixe de colliers pour produire des effets sur les hommes. « Il y’a des femmes qui portent plusieurs Bayas à la fois, alors que d’autres  ne portent  qu’un seul. Tout dépend de la volonté et des moyens  de la porteuse », précise  Marguérite Haba,  agent technique de santé.

Une question se pose : comment un simple collier porté autour de la taille d’une femme peut influencer la sexualité d’un homme ? En réponse, un prof de sociologie, dans l’anonymat, évoque une question de représentativité. « En général, les représentations forgent les comportements sociaux. Donc, le port de Baya est un phénomène qui laisse entrevoir le rapport entre homme et femme. Le Baya a une valeur attractive », dit-il.

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

Le problème, selon des constats,  c’est que bien de jeunes filles confondent dorénavant  le Baya à la débauche  en  raison de  son  utilisation inaccoutumée. « Pour  attirer l’attention des hommes, elles laissent  leurs Bayas à découvert. Ce qui ne peut se faire sans exhiber une partie des fesses », regrette le prof. Dans les rues de Conakry, on les rencontre partout. En général, elles portent des jeans et autres pantalons de ‘’taille basse’’.

GMC

Articles Similaires

COVID-19 : la réouverture sécurisée des écoles est effective à Kankan avec l’appui de l’UNICEF

LEDJELY.COM

INTERDICTION DES MANIFESTATIONS EN GUINEE : ce qu’en pense le député Aly Kaba, le chef de file du RPG à l’Assemblée nationale

LEDJELY.COM

DES OPPOSANTS PHOTOGRAPHIÉS AVEC LA MENTION ‘COMPLOT’ : « C’est inadmissible », estime le ministre Damantang

LEDJELY.COM

INSÉCURITÉ : une nouvelle attaque armée à Kankan

LEDJELY.COM

LA GUINÉE ET SES DOULEURS POLITIQUES : une triste répétition de l’histoire

LEDJELY.COM

Malgré l’interdiction, l’UFDG et l’ANAD maintiennent leur manifestation du 25 novembre

LEDJELY.COM
Chargement....