Ledjely.com
Accueil » JI DES PERSONNES HANDICAPEES: Mamady Youla s’engage…
Societé

JI DES PERSONNES HANDICAPEES: Mamady Youla s’engage…

A l’instar des autres pays de la planète, la Guinée a célébré hier 3 décembre, la 25ème édition de la Journée internationale des personnes handicapées. Et à la différence des années précédentes où l’événement se réduisait à une déclaration somme toute formelle de la ministre de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance, il a, cette fois, donné lieu à une grandiose cérémonie qui a réuni des centaines de personnes handicapées venues aussi bien de la capitale guinéenne que des quatre coins du pays. Autour du thème national, « reconnaître et valoriser le talent des personnes handicapées », le département de tutelle et les organisations faîtières des personnes handicapées, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, ont eu à cœur de mettre en évidence le génie créateur souvent ignoré des personnes handicapées. Et au nom du gouvernement, le premier ministre, accompagné d’une forte délégation ministérielle, a salué l’initiative et pris un certain nombre d’engagements.  

Rendue possible grâce en particulier à l’appui financier du PNUD, de l’UNICEF et de l’UNFPA, la cérémonie revêtait plusieurs composantes concourant toutes à l’expression du talent potentiel ou explicite des personnes handicapées. Ainsi, on avait au programme des prestations artistiques à travers notamment la troupe de l’ONG sierra léonaise, One people family. De même, les participants ont eu droit au témoignage riche en enseignements des icônes, à la projection du documentaire, ‘’Guinée, au cœur de la vie des non-voyants’’ ainsi qu’à une exposition de produits de la part des personnes handicapées de métier.

Injustice insidieuse

Côté discours, la ministre de l’Action sociale, Mme Diaby Mariama Sylla, après avoir fait remarquer que les accidents vasculo-cérébraux (AVC), les accidents de circulation et les manifestations politiques sont des risques d’accroissement de la population handicapée du pays, a délivré un plaidoyer aussi précis qu’exhaustif :

« Je plaide pour des mesures de protection et de promotion à travers l’éclosion d’environnements favorables, le développement des services de réadaptation et d’appui, l’offre d’une protection sociale suffisante, l’établissement des politiques et programmes inclusifs et enfin, la promotion et le respect des normes et législations pour le bénéfice des personnes handicapées et des communautés dans leur ensemble. Ces investissements qui n’épargnent personne auront l’avantage de faciliter la libération de l’énorme potentiel, du génie créateur et du talent qui sommeillent en chacune des personnes handicapées ».

Au nom des enfants handicapés, Mlle Kadiatou Bangoura, du Centre Sogué (école de formation pour aveugles et malvoyants) a aussi tenu à délivrer un message tout particulier. D’autant que selon elle, c’était l’occasion d’attirer « l’attention des autorités sur une forme d’injustice rarement dénoncée, souvent encouragée de manière insidieuse ».

Poursuivant, elle déclare : « Le handicap compte parmi les vulnérabilités qui, si elles ne sont pas correctement prises en charge, ont la particularité de provoquer la dégradation de l’être humain qui les porte. Il est encore plus inquiétant lorsqu’il s’attaque à la vue. La gravité s’accentue une troisième fois quand la victime est un enfant. Enfin, quatrièmement, le handicap devient synonyme d’enfer lorsque toutes ces circonstances malheureuses s’entassent chez une fille ».

Engagement

Et c’est après voir attentivement suivi toutes ces interventions ainsi que celles des partenaires et des icônes que le premier ministre, Mamady Youla, qui avait à ses côtés, le ministre de la jeunesse, Moustapha Naïté, ainsi que celui du budget, Mohamed Lamine Doumbouya, a pris la parole. Le chef du gouvernement, après avoir rappelé la nécessaire prise en compte de toutes les composantes de la Nation, a fait remarquer que la Guinée est partie prenante d’un certain nombre d’instruments juridiques internationaux et régionaux ayant trait aux droits des personnes handicapées. Toutefois, admet-il : « pour une meilleure interprétation et application, la convention doit être accompagnée au plan national de mesures d’ordre législatives et administratives plus explicites et accessibles à tous ». Poursuivant, il s’engage : « Dans cette optique,  au nom du Président de la République, je voudrais vous réitérer l’engagement du Gouvernement guinéen à appuyer les programmes de protection et de promotion des personnes handicapées de Guinée y compris l’adoption d’un Projet de Loi tenant compte de nos réalités et de nos contraintes ».

Boubacar Sanso Barry

Articles Similaires

LA GUINÉE ET SES DOULEURS POLITIQUES : une triste répétition de l’histoire

LEDJELY.COM

Alpha Condé promet de démolir toute maison privée construite sur un domaine appartenant à l’État

LEDJELY.COM

Les avocats du FNDC demandent à Emmanuel Macron de « condamner publiquement les crimes » commis en Guinée

LEDJELY.COM

KANKAN : les autorités locales et l’UNICEF célèbrent la Journée internationale des droits de l’enfant

LEDJELY.COM

Comment une « usine à bébés » trompe de fausses femmes enceintes

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : cinq présumés bandits présentés à la presse

LEDJELY.COM
Chargement....