Actualités Economie

AFFAIRE RTS : plus de peur que de mal !

Ces derniers temps,  très peu de dossiers ont connu un traitement avec autant de passions que celui dit ‘’l’augmentation des RTS’’. Les fonctionnaires concernés et même des observateurs de la scène nationale tiennent des commentaires allant de rebuffades en déconvenues. Mais en raison du manque de communication adéquate des autorités,  les implications de la nouvelle loi des finances en la matière  sont inavouées.

On est aujourd’hui tenté de croire que les semaines et mois  à venir seront décisifs pour la Guinée, en raison des interprétations faites du dernier développement de l’actualité. Il se dit qu’il y aurait des signes certains que le pays risque de revivre encore une période tumultueuse,  à cause d’une nouvelle loi des finances -déjà en route pour la promulgation-   dont les contours restent inexpliqués.

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

Ce qui est clair, c’est que la loi des Finances 2018 en cours d’adoption par l’Assemblée Nationale annonce : à partir du 31 janvier de l’année prochaine, tous les fonctionnaires dont les salaires dépassent  un million de GNF observeront  l’augmentation des retenues sur traitement et salaire.   Détails : 5% pour ceux qui touchent de 1 à 3 millions GNF, 15 %  sur les salaires situés entre 5 et 10 millions GNF et 20 %  sur ceux dépassant les 10 millions GNF.

De toute évidence, pour la première fois en effet, les fonctionnaires guinéens devraient voir leurs RTS dépasser les 15 pour cent. Et, au moment où le panier de la ménagère souffre de plus.

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

En apparence, cette augmentation qui sonne comme une diminution du revenu salarial des fonctionnaires passe pour une mauvaise nouvelle en perspective pour les travailleurs. Or, la mesure conseillée par des spécialistes à la lumière du tableau de l’économie guinéenne vise à anticiper sur l’augmentation des salaires devant rentrer en vigueur à partir du premier trimestre de 2018.  Autrement, l’Etat n’entend pas s’appauvrir en améliorant les conditions de travail de ces  employés, étant donné que les RTS constituent une source de revenus pour la caisse publique.

Ainsi donc, à moins qu’il ne s’agisse d’une violation des engagements pris par le gouvernement, il n’y a pas de feu en la demeure. Du moment que tout le monde, fonctionnaires et Etat, pourrait, en fin de compte, tirer son épingle du jeu. Encore que la mesure nécessite une communication qui devrait permettre de dissiper inquiétudes et malentendus.

GMC 

Articles Similaires

GUINEE : Khalifa Gassama Diaby dénonce les conditions de détention carcérale

LEDJELY.COM

ADDIS-ABEBA : Alpha Condé confirme-t-il l’option du troisième mandat ?

LEDJELY.COM

PRESSE PRIVEE : les promesses d’Amara Somparé

LEDJELY.COM