Actualités Societé

POLITIQUES PUBLIQUES : des activistes de la société civile valident leur rapport de suivi

Désormais, en Guinée, il y a des acteurs de la société civile qui se positionnent spécialement sur le secteur du suivi de la mise en œuvre des politiques publiques. L’idée étant qu’avec une dose de veille citoyenne, l’espoir est plus grand que les politiques en question impactent le quotidien des populations au nom desquelles elles sont élaborées et financées. Justement, depuis ce mardi, le palais du peuple de Conakry abrite l’atelier de concertation nationale de la Synergie des plateformes de la société civile pour le suivi des politiques publiques. Pendant deux jours, la trentaine de participants va s’atteler à la validation du rapport des activités menées durant 8 mois dans les secteurs de la santé et de l’éducation à travers tout le pays. Un rapport qui, une fois validé, devrait aider à jauger l’efficacité des politiques mises en œuvre dans ces deux secteurs sociaux stratégiques

La rencontre est à l’initiative des plateformes Cellule balai citoyen (CBC), la Coalition nationale des organisations de la société civile (CONASOC) et le Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG), sur financement de l’Union européenne (UE), à travers le Programme d’appui à la société civile (PASOC). Au cours des deux jours que dure l’atelier, les participants devraient prendre connaissance du contenu du rapport d’activités consolidé, relatif aux 8 derniers mois. Puis, après discussion et amendement, ils devraient valider le document.

D’ores et déjà, au cours de la cérémonie d’ouverture, Ansa Diawara de la CONASOC, a tenu à rappeler que son organisation, durant les 8 moins concernés et à travers les quatre régions naturelles du pays, a collecté, analysé et évalué des informations et proposé des mesures correctives en vue de la mise en œuvre efficace et efficiente des politiques publiques dans le secteur de l’éducation. Pour sa part,  l’administrateur de la cellule balai citoyen, Sékou Koundouno dont l’institution a travaillé dans le domaine de la santé a tout d’abord souligné que ledit secteur occupe une place incontournable dans l’émergence de la Nation guinéenne. Evoquant ensuite la rencontre à proprement parler, il a précisé que cette dernière est une occasion pour « mettre ensemble toutes les informations collectées pendant ces 8 mois dans les secteurs de l’éducation et de la santé pour sortir un document final afin que les besoins des populations à la base soient pris en compte par les décideurs ». Enfin, Dansa Kourouma, au nom du Conseil national des organisations de la société civile, dans son intervention de circonstance, a rappelé le rôle de partenaire que la société civile joue au côté de l’Etat. Dans une démarche pédagogique, il a ainsi déclaré : « La société civile n’a pas l’intention de donner de leçons de gouvernance à l’Etat guinéen. Mais on fait le travail de suivi  citoyen ». Toutefois, précise-t-il cependant : « Le rôle de l’Etat c’est de créer toutes les conditions suffisantes pour que les citoyens bénéficient des services de qualité ».

Au nom des partenaires, Layeba Mansaré du PASOC a recommandé que les participants mettent suffisamment en évidence l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Enfin, présidant les travaux d’ouverture de l’atelier, Lamine Magassouba a salué l’initiative. D’autant qu’admet-il : « l’Etat à lui seul ne peut pas tout voir. Mais avec l’appui de la société civile, certains dérapages pourront être corrigés ».

Niouma Lazare kamano pour www.ledjely.com

Tel : 622783505

Articles Similaires

Kankan/ covid-19 : une chaine de contamination rompue

LEDJELY.COM

CONSEIL NATIONAL DE JEUNESSE : la relance du processus, annoncée par Mouctar Diallo, contestée !

LEDJELY.COM

LUTTE/COVID-19 : les autorités de Kankan se réveillent !

LEDJELY.COM