Ledjely.com
Accueil » GUINEE: un vaste réseau de trafiquants d’armes démantelé
Actualités Société

GUINEE: un vaste réseau de trafiquants d’armes démantelé

Un réseau de trafiquants d’armes vient d’être démantelé à Conakry par le secrétariat général à la présidence,  chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé. Le présumé cerveau du groupe et des échantillons d’armes ont été présentés à la presse ce jeudi 24 mai 2018.  

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

 « Il y a deux ans, nous avons entamé des enquêtes  pour démanteler ce réseau de trafic d’armes. Mais c’est la semaine dernière que nous avons eu la chance de mettre main sur le cerveau du trafic », a expliqué  le  Commissaire Soropogui Foromo,  chargé de l’enquête.

 Selon lui, plus de 2000 armes de guerre ont été vendues par ce réseau de trafiquants. « Ces armes sont très dangereuses, ce sont des fusils à pompe de 5 et 8 coups », précise-t-il.

A son avis, le trafic d’armes est la première cause de l’insécurité dans le pays. «  Si vous voyez qu’il y a des braquages, des coupeurs de routes,  le développement de la criminalité  dans les préfectures et dans la capitale, c’est parce que les gens de façons illicite vendent les armes », croit savoir commissaire Soropogui Foromo.

 Le présumé cerveau de ce trafic d’armes, Salimou Fofana, a reconnu avoir vendu illégalement des armes à Conakry pendnat plus de cinq ans. Mais il dit ignorer le nom de l’importateur des armes. « On n’importe pas les armes, on les achète à Madina avec d’autres vendeurs comme Mamadou Baldé, Moussa et Dian. On ne connait pas l’importateur », a-t-il soulignéA propos du prix des armes, il précise : « on revend les armes entre  12 et 14 millions de francs guinéens ».Plus loin, Salimou Fofana admet : « on travaille en réseau et on délivre des reçus et des permis de port pour nos clients ».

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

Selon le Colonel Moussa  Thiegboro, des dispositions sont déjà prises pour récupérer les armes qui sont en circulation dans le pays. Pour réussir cette opération, il souhaite la franche collaboration de tout un chacun, particulièrement celle de la justice pour mettre fin à ce trafic.

« Ce sont 2000 personnes vivant en Guinée-des Guinéens, des Libanais, des Chinois et d’autres nationalités- qui ont acheté ces armes. Ce qui signifie qu’on est en danger », a-t-il dit.

Dans la foulée, Moussa Tiègboro a invité toutes les personnes  ayant acheté des armes avec ce réseau, à venir les déposer dans les 48 ou 72 heures qui suivent.

Balla Yombouno

Articles Similaires

GUINÉE : nouvelle évacuation sanitaire de Foniké Menguè

LEDJELY.COM

La Guinée déclare la fin de la Maladie à Virus Ebola (MVE)

LEDJELY.COM

COVID-19 : l’état d’urgence sanitaire prorogé de trois mois

LEDJELY.COM

CELLOU DALEIN À SES MILITANTS : « Alpha Condé va tenter de miner notre parti de l’intérieur »

LEDJELY.COM

BEPC : quelque 16 000 candidats affrontent les épreuves à Kankan

LEDJELY.COM

Appel à la réconciliation en Guinée (Lamine Capi Kamara)

LEDJELY.COM
Chargement....