Actualités Guinée Forestière Societé

N’ZEREKORE : une polémique autour de la cité des médecins

A N’zérékoré, la cité des médecins est au centre d’une controverse. Les occupants -en majeure partie retraités- n’entendent pas libérer les lieux. Ce, en dépit de la volonté des autorités sanitaires de remettre les infrastructures en l’état pour des agents en exercice. Aussi, depuis un certain temps, c’est le bras de fer.

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

Occupée par d’anciens travailleurs de la santé depuis plus de 30 voire 50 ans, la cité des médecins devrait bientôt connaitre des travaux de reconstruction. Pour la réalisation de ce projet, l’autorité sanitaire de la préfecture de N’zérékoré demande l’appui du préfet pour déguerpir les occupants dans un délai de trois mois, dont la date butoir est fixée au 19 juin prochain.

« La Direction préfectorale de la santé avait demandé notre départ au temps du préfet Aboubacar Mbop Camara, mais elle n’a pas eu gain de cause. Aujourd’hui, elle est allée voir le nouveau préfet avec un projet de construction de cette cité », explique Lamarana Késso Diallo, habitante de la cité. Elle reconnaît que sa famille y est depuis plus de 30 ans. «  C’est mon beau-frère qui habitait là, il était pharmacien de l’hôpital régional mais il n’est plus. Et on ne sait pas où aller » dit-elle.

De son côté, la Directrice préfectorale de la santé qui n’a  pas voulu se prêter à nos questions,  a juste déclaré que la cité est un domaine de l’Etat et qu’elle se moque de ce que les gens diront à propos.

Pour sa part, le préfet de N’zérékoré a tenu des réunions avec tous les acteurs concernés notamment la DPS, le patrimoine bâti public et les occupants des lieux. « A l’issue de ces rencontres, les occupants ont reconnu qu’ils occupent des domaines ne leur appartenant pas. Un préavis de trois mois leur a été donné pour quitter les lieux», indique le préfet, Sory Sanoh.  Mais, regrette-t-il, les occupants n’ont pas la volonté de quitter.

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

 Sur la question de recasement des citoyens concernés, le préfet est catégorique : « on reloge une famille ayant été dessaisi de ses biens et non celle occupant une propriété qui ne lui appartient pas »

N’zérékoré, Niouma Lazare Kamano correspondant régional pour www.ledjely.com

Contact : 622783505

Articles Similaires

N’ZEREKORE : les albinos s’organisent

LEDJELY.COM

TOGO : le 4ème mandat tend les bras à Faure

LEDJELY.COM

FELICIEN KABUGA : une autre bataille de perdue

LEDJELY.COM
venenatis mi, risus. risus Praesent tristique eget Aliquam felis