Ledjely.com
Accueil » MASSACRE DU 28 SEPT: les avocats de la défense en ordre de bataille
Actualités Societé

MASSACRE DU 28 SEPT: les avocats de la défense en ordre de bataille

Les nouveaux développements dans l’affaire du 28 septembre 2009… Voila le thème d’une conférence tenue ce mercredi 6 juin 2018. Animée par le collectif des avocats des victimes du massacre  enregistré à cette date, plusieurs sujets relatifs à la tenue hypothétique d’un procès ont été débattus. La conférence elle-même intervient au lendemain de la mise en place du comité de pilotage dont la mission principale est de réfléchir aux conditions d’organisation du procès.

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

Justement, tout au début de la conférence, Me Hamidou Barry, un des membres du Collectif, dans sa déclaration liminaire, a indiqué : « le collectif des avocats des victimes des massacres du 28 septembre 2009 salue la mise en place du comité de pilotage pour la tenue du procès, sous l’égide du ministre de la justice ». Rappelant à l’occasion certains des efforts jusqu’ici consentis pour permettre la tenue de ce procès symbolique, il a relevé que depuis 2010, le collectif des avocats, avec l’appui financier de l’Union européenne, a assisté environ 400 victimes et déposé une vingtaine de demande d’actes d’accusation auprès du pool de juges d’instruction en charge du dossier.

[rsnippet id= »1″ name= »pub google »]

Pour autant, prévient Me Hamidou Barry, si le collectif des avocats tient à un procès, celui-ci doit réunir un certain nombre de conditions. Tout d’abord, à l’en croire, le procès dont il s’agira devra être juste, équitable et inclusif avec notamment la comparution effective de tous les accusés dont en particulier le capitaine Moussa Dadis camara et le Général Sekouba Konaté ainsi que  tous les  prévenus se trouvant en Guinée. Autre exigence du Collectif ?  La qualification des événements du 28 septembre 2009 et des jours qui ont suivi en crimes contre l’humanité, devra demeurer comme du reste cela avait été spécifié par la Commission internationale d’enquêtes des Nations unies dans son rapport en date du 17 décembre 2009. « Nous estimons que la tenue d’un procès équitable dans cette affaire contribue à la lutte contre l’impunité, favorise la réconciliation nationale et participe au respect du principe de complémentarité consacré par le Statut de Rome portant création de la Cour Pénale Internationale (CPI) », a-t-il affirmé

Mohamed Ibrahim Doré

Articles Similaires

PONT 8 NOVEMBRE : des militaires demandent à certains passants de payer de l’argent

LEDJELY.COM

Labé touchée par une crise de sel suite à la fermeture des frontières

LEDJELY.COM

Tierno Monénembo : « Je ne reculerai pas »

LEDJELY.COM

MARCHÉ SANOYAH-KM36 : une odeur de poissons pourris provenant de camions frigorifiques étouffe les riverains

LEDJELY.COM

KANKAN : ces enfants qui cherchent eux-mêmes leurs fournitures scolaires…

LEDJELY.COM

MENA : une campagne de sensibilisation pour le retour massif des élèves à l’école

LEDJELY.COM
Chargement....