PROTOCOLE D’ACCORD : l’attente se prolonge pour les enseignants

Depuis hier, les Guinéens attendent impatiemment la signature du protocole d’accord annoncé entre le gouvernement et le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). Un protocole d’accord dont on dit qu’il a été rédigé hier. Une première fois, il avait été annoncé qu’il devait être signé  hier, dans la foulée de sa rédaction.  Puis, après une attente qui a duré jusque tard dans la nuit dernière, la fameuse signature a été reportée pour aujourd’hui. Parce qu’Alpha Condé aurait tenu à en prendre connaissance avant que les parties ne paraphent le document. Du coup, depuis ce matin, c’est encore et toujours l’attente de la part des enseignants réunis au siège du SLECG, à Donka. Dans un contexte empreint de fatigue et d’espoir,  notre reporter a recueilli les avis de quelques enseignants.

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

« Hier, j’étais là jusqu’à 15 heures. Aujourd’hui je suis venu à midi et j’ai l’énergie nécessaire pour rester jusque la nuit. Apparemment, Ils sont prêts à signer le protocole, mais on ne connaît pas le contenu, on les attend, on va les écouter et c’est à ce moment qu’on pourra réagir, pour l’instant on garde espoir », confie Abdoulaye Bah, professeur de Français.

Adama Diallo, présidente des femmes du SLECG, les yeux rougis par le manque de sommeil est également confiante. Pour elle, il n’y a aucun mal au fait que le président veuille savoir le contenu du protocole : « un protocole d’accord, ce n’est pas que la signature, il faut qu’il soit accepté de tous pour ne pas souffrir de son application ».

A lire  TIEGBORO Vs CASHEW HOLDING : le procès renvoyé au 6 juin

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

Pour sa part, depuis son bureau, le secrétaire général du SLECG, Aboubacar Soumah, relayant des propos qu’il dit tenir du ministre Tibou Kamara, assure que le protocole sera bel et bien signé ce mardi.

Autant dire que l’attente va perdurer.

Hawa Bah