PRÉVENTION/CONFLIT : LEJEPAD propose un modèle de redevabilité propre à la Guinée

C’est à travers un symposium que l’ONG Leadership jeune pour la paix et le développement (LEJEPAD), a procédé ce mercredi 9 janvier 2019, à la restitution des résultats de son travail axé sur la responsabilité sociale collaborative, la prévention et la résolution des conflits en Guinée. Financé par la Banque mondiale dans le cadre de l’initiative du Partenariat global pour la recevabilité sociale (GPSA), le projet vise notamment à améliorer la prestation des services publics. 

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

Dans son discours, Maria Cavallore, représentante du GPSA s’est d’abord réjouie de l’exécution des travaux, avant d’expliquer la vision de cette initiative qui vise, selon elle, à sortir un certain nombre de pays de la fragilité. « Ce qui se passe aujourd’hui dans cette salle, c’est ce à quoi nous croyons : qu’on peut tous s’asseoir autour de la table pour discuter ensemble, pour partager nos problèmes et pour trouver des solutions ensemble », a-t-elle dit. 

Pour sa part, Mayba Mansaré, représentant de LEJEPAD, a félicité les parties prenantes pour leur implication. « Nous nous réjouissons de savoir que cette étude s’est déroulée sur toute l’étendue du territoire national et dans de très bonnes conditions, grâce à une expertise essentiellement nationale appuyée par nos partenaires de GPSA », a-t-il souligné. Plus loin, il a appelé à consolider cet acquis, en favorisant l’appropriation des conclusions qui seront formulées ainsi que la mise en place et la pérennisation d’un modèle de redevabilité propre à la Guinée. 

De son coté, Aminata Touré, maire de la commune de Kaloum, a expliqué que le projet l’interpelle en particulier, d’autant que sa commune, dit-elle, abrite la quasi-totalité des sièges des institutions républicaines, des représentations diplomatiques et des entreprises du pays. « Nous avons pu venir vers les populations concernées pour exposer nos ambitions de pouvoir, à savoir tirer profit de ce cadre géopolitique au bénéfice du développement local », a-t-elle déclaré. 

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

A lire  URGENT: 5 ans de prison ferme pour Paul Moussa Diawara

Pour finir, Amirou Diawara, chef de cabinet du ministère de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, a noté l’engagement du gouvernement à relever le défi. « Le gouvernement a déjà validé une stratégie de prévention de conflits et de renforcement de la citoyenneté. La principale innovation de ce document de référence est la mise en place d’une architecture nationale de paix qui permettra à l’ensemble des acteurs étatiques et non étatiques œuvrant pour la consolidation de la paix de fédérer leurs énergies », a-t-il expliqué.  

Hawa Bah