PROTOCOLE D’ACCORD : des nouvelles peu rassurantes

L’une après l’autre, les nouvelles arrivent du palais du peuple où les enseignants grévistes campent depuis la mi-journée. Mais les dernières dépêches qui nous parviennent de notre reporter basé sur place sont encore moins rassurantes que celles précédentes. En effet, désormais, l’hypothèse que le protocole d’accord ne puisse pas être signé ce vendredi est clairement envisagée. Un émissaire du secrétaire général du SLECG vient à peine de l’annoncer aux enseignants. Dans cette éventualité, les grévistes pourraient se retrouver demain à leur siège pour décider de la suite à donner à leur mouvement.

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

Face à l’impatience grandissante que nous notions dans notre précédente dépêche, Amara Mansa Doumbouya est venu au-devant des enseignants pour livrer une information qu’il dit tenir d’Aboubacar Soumah en personne :

Je viens de parler avec le camarade Soumah qui m’a dit qu’ils ne sont plus au niveau de la primature mais au palais Sekhoutoureyah. Donc (il me charge) de transmettre aux enseignants le message d’attendre jusqu’à 21 heures. Si rien n’est obtenu à (cette heure, il demande) de rentrer paisiblement à la maison. Là, à partir de demain, on peut se retrouver  du côté de notre siège pour définir les nouvelles stratégies,  une manière de nous faire entendre. Mais pour le moment, (il demande) de patienter, de ne rien faire, de ne pas se livrer aux actes qu’on pourrait nous reprocher, d’accepter la patience.

Balla Yombouno

628742308

A lire  LOLA: la contribution de l’APEAE, la goutte d’eau qui fait déborder le vase au lycée moderne