MINES : Abdoulaye Magassouba décline le bilan

Acquis, défis, perspectives…les activités du ministère des Mines et de la Géologie-à l’initiative du Président de la République, Alpha Condé- étaient au menu d’une conférence de presse, ce lundi 14 janvier 2019. Animée par le chef du département, Abdoulaye Magassouba, la rencontre – en plus des cadres du ministère et quelques membres du gouvernement- a regroupé les journalistes de la presse guinéenne et étrangère. 

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

« Grâce aux efforts consentis par le gouvernement dans le secteur des mines, le pays est dorénavant reconnu sur le plan international pour les importants progrès réalisés depuis 2011 », a indiqué le ministre des Mines, à l’entame de son discours introductif. A titre illustratif, Abdoulaye Magassouba a souligné que la Guinée a été classée par la Banque Mondiale, en 2017, parmi les cinq (5) pays les plus réformateurs au monde. « Le pays est devenu le porte flambeau de la Vision minière africaine par son choix pour abriter le siège du Centre Africain de Développement Minier (CADM) en 2018 », a-t-il déclaré.

Il rappelle que depuis 2011, la Guinée a adopté une nouvelle politique minière dont les réformes ont porté sur le cadre législatif et règlementaire, les capacités institutionnelles, la gouvernance et l’équilibre de partage des bénéfices entre les parties prenantes.

« Des réformes considérables ont permis de favoriser l’adoption d’un Code minier incitatif en 2011 qui a été amendé en 2013 pour intégrer des innovations importantes, inspirées des meilleures pratiques internationales pour la promotion de la transformation locale, la promotion de la main-d’œuvre et des PME locales, la protection de l’environnement, la transparence et la lutte contre la corruption, la promotion du développement local », a expliqué Abdoulaye Magassouba. Ce code, par ailleurs, selon lui, a introduit la prise de participation de l’Etat pouvant atteindre 35%, avec des parts non contributives atteignant 15%, permettant à la Guinée de disposer d’une minorité de blocage et veiller à la sauvegarde de ses intérêts dans le développement des projets.

A lire  Des lauréats du SADEN 2019 prennent part à un forum en Ethiopie

A propos de la bauxite, le ministre des Mines a précisé que grâce aux efforts consentis par le régime d’Alpha Condé, le secteur qui n’avait que 3 mines en exploitation de l’indépendance à l’arrivée du chef de l’Etat, pour une production inférieure à 20 millions de tonnes, est désormais à 60 millions de tonnes, faisant passer le pays de la 7ème à la 3èmeplace mondiale, devant le Brésil, et derrière la Chine et l’Australie. « L’intérêt des investissements s’est traduit par de nouveaux projets et la relance de projets à travers la mobilisation de plus de 10 milliards de dollars de 2011 à date, dont plus de 3 milliards actuellement en exécution sur le terrain », a –t-il dit. Ainsi, rajoute-t-il également, les montants mobilisés pendant les 8 dernières années représentent plus du double de ceux investis sur les 52 ans des régimes précédents. Cette nouvelle dynamique, selon lui, a permis de créer plus de 17 milles emplois directs et plus de 50 milles emplois indirects. « Les revenus miniers ont augmenté de 43% en 2017 », a-t-il affirmé.

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

Pour autant, des défis, il y en a encore à relever pour le secteur minier guinéen, admet le ministre : la diversification de la production minière, la transformation locale des produits, le renforcement des capacités des acteurs et la gestion durable des impacts du développement du secteur minier. « Le pays manque de cartographie globale à une échelle précise et actualisée », a par ailleurs noté le ministre. Et pour relever ces défis, Abdoulaye Magassouba préconise la promotion de la paix et de la sécuritaire nécessaires, au développement efficace des projets dans un cadre harmonieux et à la réalisation des investissements et des bénéfices.

A lire  Une plénière du FNDC annoncée ce vendredi à 15 heures

Gilles Mory Condé