ASSEMBLEE : l’opposition siégera

Ce ne fut pas sans gêne. Mais à l’arrivée, l’opposition fait le choix de siéger au sein du parlement dont le mandat a été prorogé par le président Alpha Condé. Du moins jusqu’au 5 avril prochain. D’ici là, une retraite prévue en février devrait statuer sur la nécessité et l’opportunité pour les députés de l’opposition d’aller au-delà de cette échéance. Sans doute pour faire passer la pilule à la gorge des militants qui, eux, ne sont pas du tout favorables à cette option.  

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

 « La loi donne aux députés la latitude de siéger à l’hémicycle jusqu’au 5 avril. Avant cette date, d’importantes décisions seront prises pour que l’opposition donne sa position par rapport à la prorogation du mandat des députés à l’assemblée », explique Nestor Kantambadouno, du parti Union guinéenne pour la démocratie et le développement (UGDD), porte-parole de circonstance à l’issue de la plénière de vendredi. De fait les décisions importantes auxquelles il fait allusion devraient être prises à l’issue de la retraite prévue le 16 février, à Condéyah.

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

 Mais d’ores et déjà, Dr Fodé Oussou Fofana, le vice-président de l’UFDG refuse tout lien entre la prorogation du mandat des députés et un glissement éventuel du mandat d’Alpha Condé. « Ceux qui pensent que si on siège, Alpha Condé est capable de proroger son mandat en 2020, sont en train de raisonner à l’envers », dit-il. Pour lui, si Alpha Condé veut un troisième mandat, qu’il le rende public. « Il verra c’est quoi le peuple de Guinée, il aura le même sort que Blaise Compaoré », avertit le député.

A lire  L’environnement des affaires était au cœur d’un échange à Conakry

Balla Yombouno