TELECOMS : Mamy Diaby décline réalisations et perspectives

Le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Moustapha Mamy Diaby était, ce lundi 21 janvier 2019, devant la presse dans le cadre de la série de comptes rendus relatifs aux activités du gouvernement.  Marchant sur les pas de ses prédécesseurs, il a retracé l’évolution du secteur, depuis l’avènement de ce régime, avec une forte instance sur les résultats les plus saillants. Puis, il a partagé les perspectives pour 2019.

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

 « Dans ce pays, le régulateur, l’ARPT, était contre performant, faute d’outils … Nous étions dans un pays où le taux de couverture était de moins de 15%, où le taux de pénétration de la téléphonie était de moins de 40%, où il n’y avait presque pas d’infrastructures de large bande, où la fixation des tarifs des différents services fournis par les opérateurs était fantaisiste, où le coût des produits et services de télécommunication notamment internet étaient au-dessus des moyens du citoyen guinéen… », telle est, selon Moustapha Mamy Diaby, la situation dont a hérité Alpha Condé, dans le secteur des télécoms.

Situation qui n’aurait rien à avoir avec celle qui prévaut aujourd’hui en Guinée, à en croire le ministre.  Ce parce qu’à son arrivée, dans le souci d’améliorer positivement la vie du citoyen guinéen, Alpha Condé « a commis son gouvernement à mettre tous les moyens qu’il faut pour une transformation positive et inclusive », a-t-il affirmé.

A son tour, le gouvernement aurait fait le choix de se fixer des priorités : des réformes institutionnelles, la mise en place d’un cadre de travail, la mobilisation des ressources humaines compétentes pour faire face à ces défis énormes. « Nous avons commencé par restructurer l’autorité de régulation des postes et télécommunications, doter cette autorité de contrat de performance, de ressources humaines compétentes, d’outils et de moyens lui permettant de faire face à ses obligations », a notamment expliqué Moustapha Mamy Diaby. Aussi, a-t-il ajouté, le département a procédé à l’amélioration du cadre légal et règlementaire, au développement des infrastructures structurantes (câbles sous-marin, backbone, IxP), à la mise en place d’infrastructures sociales, au développement des infrastructures et à la facilité dans le domaine de la téléphonie mobile. Résultat, selon lui, « en fin 2010, il y avait moins de 100 localités couvertes par la téléphonie mobile 2G. En fin 2018, tous les chefs-lieux de préfectures et sous-préfectures sont couverts par la téléphonie mobile de type 2G et 3G. Sur les 3753 quartiers et districts répertoriés, 79% sont couverts par au moins un opérateur de téléphonie mobile », a-t-il précisé.

A lire  LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : l’avis d’Alpha Condé

[rsnippet id=”1″ name=”pub google”]

Plus loin, le ministre des Télécoms a souligné que – au cours des 8 dernières années- le gouvernement a fait des investissements qui se chiffrent à 3073 milliards de GNF pour la construction du Backbone national par la fibre optique, du câble sous-marin (ACE), du point d’échange internet, des installations sociales, etc. « Quant aux emplois, directs et indirects, cumulés durant les 8 dernières années, ils sont dans l’ordre de 10.000 », a-t-il noté.

Pour cette année 2019, selon lui,  le département des Postes, des Télécommunications et de l’Economie  numérique  se fixe, entre autres perspectives, la mise en œuvre des projets identifiés dans le PNDES (2016-2020), l’opérationnalisation du backbone national, l’installation et l’opérationnalisation du Data Center, le lancement des services financiers postaux pour promouvoir l’inclusion financière et l’interconnexion directe de la Guinée avec les 6 pays limitrophes.

Balla Yombouno

628742308