GOUVERNORAT DE CONAKRY : ça pue à la rentrée

Quelle puanteur ! A des mètres à la ronde, vous êtes étouffé par l’odeur pestilentielle des déchets.  De fait, depuis plus d’un an, nous dit-on, les eaux d’une fosse septique jaillissent d’un trou qui s’est creusé dans le sol, à quelques centimètres à peine de la rentrée principale du gouvernorat. D’une couleur jaunâtre, l’eau, légèrement visqueuse, dégage une odeur nauséabonde au point que quelques passants se bouchent le nez pour éviter de la respirer. Stratégie à laquelle ne peuvent malheureusement recourir les vendeurs  installés juste dans les environs. Eux et les consommateurs qui viennent se servir chez eux ne peuvent que s’abreuver dans cette puanteur.

Vêtue d’une robe bleue et tenant son sandwich d’une main, et un verre de jus de fruit de l’autre,  une jeune dame confie le désarroi que lui impose cette odeur. Son service est dans les environs et elle aimerait bien, à l’occasion de sa pause, flâner un peu dehors, histoire de se dégourdir les jambes. Hélas. « J’avoue que quelquefois, l’odeur est d’une intensité telle je suis obligée de partir manger dans nos locaux», déclare-t-elle.

Un tenancier d’un kiosque dans les parages, quant à lui, s’excuse auprès d’un client. «J’admets que ce n’est pas de nature à t’inciter à venir te servir chez moi », lui dit-il. Puis, aussitôt après, il confie à ce dernier son impuissance à y faire face. « On n’y peut rien puisque le gouverneur lui-même passe ici tous les jours, voit cela à l’occasion, mais ne dit rien ».  De fait, pour le commerçant, la persistance de cette odeur à la rentrée même du gouvernorat est illustrative à la fois du manque d’initiative et de l’égoïsme dont savent faire montre les cadres guinéens. En effet, dit-il : « Je suis sûr d’une seule chose, si l’odeur pouvait l’atteindre dans son bureau, il aurait trouvé la solution. Mais puisque ce n’est pas le cas, il s’en fout.»

Il convient de préciser qu’au-delà de l’odeur irrespirable qu’elle dégage, l’eau qui jaillit de la fosse, à force d’avoir été banalisée, a fini par dégrader la chaussée.

A lire  URGENT: les avocats du FNDC saisissent la CPI

Ibrahima Kindi BARRY

621 265 823