DEBAT SUR LA CONSTITUTION : le RPG crie au coup d’Etat

Décidément, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC) empêche les promoteurs d’une nouvelle constitution de dormir de leur sommeil tranquille. Quelque peu banalisé à son lancement, le Front, en incarnant la contestation de cette nouvelle constitution, est désormais une cible systématique des autorités. Ainsi, après les propos d’Amadou Damaro Camara et de Sanoussy Bantama Sow, invitant à traquer les membres du front et ceux du gouverneur de N’zérékoré, disant souhaiter que le FNDC ‘’disparaisse’’, c’est le député Mohamed Lamine Kamissoko qui, en marge de l’Assemblée générale du parti au pouvoir de ce samedi 15 juin, a accusé le FNDC de préparer un coup d’Etat. En complicité avec des éléments de l’armée, dit-il.  

Vraisemblablement, c’est le ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique qui a ouvert le bal. En effet, c’est le premier, il y a deux semaines, qui avait soulevé de la question de légalité du Front national pour la défense de la constitution. Légalité notamment contestée en raison du fait que l’entité qui conteste l’avènement d’une nouvelle constitution ne disposerait pas d’un agrément. Ce samedi, le député Mohamed Lamine Kamissoko s’est inscrit dans la même logique. « Je repose la question, monsieur les membres du gouvernement, qui a donné l’agrément au Front national ? Qui leur a donné l’agrément ? Parce que dans une République démocratique comme la Guinée, qui peut accepter  de mettre des groupes de criminels s’organiser sur toute l’étendue du territoire », se demande-t-il ainsi. Mais comme on peut le voir, l’autre astuce est de voir dans le front une structure composée de criminels et dont les objectifs ne seraient nullement louables.

A lire  DOUBLE SCRUTIN: le RPG-arc-en-ciel se félicite de l'engouement et salue la mobilisation

Cependant, le député est allé plus loin, en invoquant un coup d’Etat que le FNDC préparerait.   «  Au moment où le front est en train de mettre en place des structures sur toute l’étendue du territoire, au moment où il se donne les mains avec tous  les groupes de criminels, de bandits pour s’attaquer aux biens des gens  et ainsi provoquer  un climat de panique et de violence sur toute l’étendue du territoire, au moment même où ils se mettent en rapport avec certaines composantes des forces armées, pour que demain,  quand il y a des troubles généralisées, ces groupes de militaires se lèvent pour dire nous prenons le pouvoir. Voilà ce que veut le front national »., accuse-t-il.  

En raison de la présence au sein du Front d’ancien gestionnaires du pays dont les anciens premiers ministres, Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo, l’autre stratégie consiste aussi à peindre le FNDC comme étant composé d’anciens fossoyeurs de l’économie guinéenne.

Bref, à la guerre comme à la guerre, toutes les armes sont bonnes pour essayer d’abattre l’empêcheur de tourner en rond.

Propos recueillis par Balla Yombouno