CAN 2019 : fin de parcours pour le Syli national !

La dynamique des surprises qui caractérise la CAN égyptienne n’a pas souri à la Guinée. Opposés ce soir à l’Algérie, les Guinéens espéraient un scénario identique à celui des matches Maroc-Bénin et Egypte-Afrique du sud. Mais leurs espoirs s’écrasent contre des Fennecs des grands jours. Trois buts à zéro, c’est le score qui a sanctionné la rencontre au cours de laquelle le Syli national n’a pas fait le poids. Alors que l’entraineur guinéen avait procédé à quelques changements.

En effet, pour ce match des huitièmes de finale, avec le forfait de Naby Keïta, Paul Put avait préféré d’une part, Mohamed Lamine Yattara à François Kamano, et de l’autre, José Martinez Kanté à Sory Kaba. Mais ces choix n’ont pas changé grand-chose à l’offre de jeu proposée par l’équipe guinéenne qui n’aura résisté que pendant les premières 20 minutes. C’est précisément à ce moment de la rencontre que les Guinéens essuient la première menace. Bounedjah placé entre deux défenseurs guinéens en pleine surface de réparation, est servi par un partenaire. Il a le temps d’amortir le ballon de la poitrine. Mais il rate étonnement le cadre. Trois minutes après, suite à un corner exécuté du côté droit de la défense guinéenne, les Algériens ratent de peu l’ouverture du score. Du bout des doigts, le portier Ibrahima Koné empêche deux attaquants des Fennecs de reprendre le centre. A la 24ème minute, suite à une touche qu’il exécute lui-même, Youcef Belaïli s’appuie sur Bounedjah, qui le lui renvoie formidablement avec une talonnade. Le n°8 algérien ouvre le pied et place le ballon hors de portée du gardien guinéen. C’est le premier but et c’est le score à la mi-temps.

A lire  Bolloré Transport & Logistics Guinée au secours de l’AFHAG, une ONG de personnes handicapées

Au retour des vestiaires, l’équipe guinéenne tente de se ruer sur la défense algérienne. Mais les rares assauts portés par Yattara Jr et Issiaga Sylla sont systématiquement annihilés aux abords de la surface de réparation. Quoiqu’à la 54ème minute, Mady Camara offre à la Guinée son premier tir cadré. Mais l’efficacité est bien du côté algérien. C’est ainsi qu’à la 57ème minute, Bennacer déborde sur le flanc gauche de l’attaque algérienne et centre pour Riyad Mahrez, oublié par la défense guinéenne. Il efface facilement Issiaga Sylla et marque tranquillement le second but. A la 66ème minute, Bounedjah déborde sur le côté droit et sert Mahrez qui ne réussit pas le pont qui aurait pu être le troisième but. Mais le supplice n’est que retardé. Parce qu’à la 82ème minute, c’est le latéral Atal qui, lancé dans une contre-attaque, sert Adam Ounas qui remporte son face-à-face avec le portier guinéen et marque ainsi ce troisième but.

Ainsi prend fin l’aventure du Syli national dans cette 32ème édition de la CAN. Une fin de parcours qui illustre bien les difficultés qui se seront manifestées au sein de l’équipe guinéenne durant cette compétition. Après un premier tour plus que laborieux et cette sévère correction reçue de la part des Algériens, les critiques risquent d’être acerbes. D’autant que les espoirs placés en Paul Put et à ses hommes étaient immenses. Gros espoirs mais aussi gros moyens.

Boubacar Sanso BARRY