NOUVELLE CONSTITUTION : la jeunesse du RPG s’essaie à son tour

Après plusieurs scénarii – des cadres du parti issus de la Basse Guinée, les artistes, le Bureau politique national, la prière des religieux, le gouvernement – sans succès, c’est la jeunesse du RPG qui promet de donner un souffle nouveau à la campagne en faveur de la nouvelle constitution. L’incohérence dans la répartition des pouvoirs entre le président de la république et le premier ministre, le déséquilibre entre l’Exécutif et le Législatifs, etc… Ce sont entre autres arguments avancés par la Direction générale de la jeunesse du parti au pouvoir  pour justifier son adhésion à l’adoption d’une nouvelle constitution. En conclave ce 7 juillet 2019, elle a dénoncé les ‘’insuffisances’’ de l’actuelle constitution. Plusieurs délégations de l’intérieur, notamment de Labé, Mamou, Boké, Kindia, Fria, Kankan, Faranah et N’zerekore étaient au rendez-vous.

 « Si les trois premières constitutions n’ont pas fait l’objet de critiques, tel n’est pas le cas de la constitution de mai 2010 », explique M’bany sangaré, secrétaire général de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel.  Il fustige aussi en filigrane le fait que la constitution actuelle n’a pas été soumise à un référendum. Ainsi,  il indique que l’évolution du droit constitutionnel confère au président de la république la latitude de déclencher la procédure d’établissement d’une nouvelle constitution.  « La jeunesse du RPG Arc-en-ciel, au regard de tout ce qui précède invite l’ensemble des Guinéens, dans le respect, la courtoisie, le bon sens et les règles du jeu démocratiques, à soutenir le président de la république dans sa ferme volonté de doter la Guinée, notre pays, d’une nouvelle constitution », déclare Mbany Sangaré.

A lire  Une mission d'observation électorale recommande le report de la date de clôture de l'enrôlement des électeurs

La rencontre de ce dimanche n’ayant été qu’un convoi de ce que devrait être la contribution de la jeunesse du parti dans ce débat, une autre mobilisation est annoncée très prochainement.

Hawa Bah