Des militants du FNDC bénéficient de la liberté provisoire à Yomou

Ce 17 octobre 2019, s’est ouvert au palais de justice de Yomou, le procès des 5 manifestants interpellés le 14 octobre dernier, en marge de la manifestation du FNDC. Accusés d’occupation illégale de la voie publique, ils ont cependant bénéficié d’une liberté provisoire dès cette première audience. Cela, en attendant la poursuite du procès, le mardi 22 octobre 2019.

Les militants en question sont Bernard Félix Kpoghomou, Charles Kpoghomou, Marcel Béavogui, Foromo Balamou et Antoine Maomou. Des citoyens qui avaient répondu à l’appel à manifester du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), le 14 octobre dernier et qui viennent de passer trois jours de détention dans les locaux disciplinaires du commissariat central de Yomou, avant l’ouverture de leur procès ce jeudi 17 octobre.

Selon une source proche de la justice de Yomou, la comparution des 5 opposants au 3ème mandat du président Alpha Condé, qui devait avoir lieu ce jeudi a été reportée pour mardi prochain.

Parlant des raisons du report, notre source précise que celui-ci est en lien avec la nécessaire présence des avocats de la défense. Autre raison évoquée ? La détention d’un mineur dont le procès demande beaucoup de préparation.

Dans les rangs du FNDC de Yomou, on crie à la victoire et la position non au 3ème mandat reste maintenue. « Mes collègues ont bénéficié d’une liberté provisoire, cela est un signe de victoire. Cette interpellation des combattants pour la défense de la constitution est illégale. Et nous disons toujours ‘‘NON’’ au 3ème mandat du professeur Alpha Condé », lance Patrice Kpoghomou, coordinateur adjoint du FNDC de Yomou.

A lire  URGENT: Lansana Camara libre

Il faut  noter qu’en Guinée plusieurs personnes ont été interpellées en marge de la manifestation du 14 octobre 2019, et leurs procès sont en cours dans les différents tribunaux du pays.

Niouma Lazare Kamano pour ledjely.com

Tel: +224622783505