Amadou Damaro flatte Alpha Condé et accable Cellou Dalein

A l’occasion de l’Assemblée générale du RPG-arc-en-ciel, ce samedi 19 octobre 2019, le président du groupe parlementaire de la  mouvance, Amadou Damaro Camara, après avoir flatté son mentor,  a subtilement égratigné le leader de l’opposition. Pour lui, beaucoup de choses, de répréhensibles se sont passés du temps où l’actuel chef de file de l’opposition était aux affaires.

‘’Le président Alpha Condé peut compter sur vous et le RPG Arc-en-ciel ?’’… C’est par cette question qu’Amadou Damaro Camara s’adresse à son auditoire conquis. D’ailleurs, en chœur, tous les partisans répondent : «  oui ! » En effet, pour le chef de la majorité présidentielle, le soutien du peuple de Guinée est le seul dont le président Alpha Condé a besoin. Or, rappelle-t-il, ce soutien-là, il l’a depuis 2015, avec l’élection présidentielle qu’il avait remportée avec un score de près de 60 % des suffrages exprimés.

Sur un tout autre plan, Amadou Damaro Camara revient à la formule du chef de l’Etat qui, tout au début de son premier mandat, disait avoir hérité d’un pays et non d’Etat. Pour le patron de la majorité présidentielle, cette affirmation est conforme à la réalité qui était celle de la Guinée, à l‘arrivée d’Alpha Condé au pouvoir. Car, selon lui, il n’y avait aucune préfecture en Guinée qui avait un commissariat digne de nom, une gendarmerie digne de nom, une résidence ou un bureau de préfet  digne de nom… or, ce sont-là les premiers symboles de l’autorité de l’Etat. « Le Professeur les a restaurés oui ou non », s’interroge-t-il.

En revanche, Amadou Damaro, dans une allusion à peine voilée à Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, critique la gestion qui a été celle de ce dernier : « …tu dis que ce n’est pas toi qui as enlevé le chemin  de fer, mais tu ne l’as  pas développé  non plus, plutôt  ça a disparu à ton temps. Que ce n’est pas toi qui as vendu ‘’Air Guinée’’,  mais il a disparu à ton temps… Ça c’est la meilleure gestion… ? ».

 Balla Yombouno

A lire  NOUVELLE CONSTITUTION : Alpha Condé à la peine