Le RPG-arc-en-ciel met en doute la légitimité du FNDC

« De quelle légitimité dispose ce fameux Front pour parler et agir au nom du peuple souverain de Guinée », s’interroge le ministre Lansana Komara, par ailleurs secrétaire administratif du RPG-arc-en-ciel ? L’Assemblée générale hebdomadaire du parti au pouvoir de ce samedi 19 octobre 2019 était en grande partie consacrée à la crise que connait le pays, depuis notamment la manifestation, le lundi dernier, du Front national pour la défense de la constitution (FNDC).

 « La direction nationale du parti constate avec regret la montée récurrente de la violence et de l’intolérance dans notre pays » note tout d’abord Lansana Komara. Un conexte trouble qui se traduit avoue-t-il, par des « séries d’agitations, de violences avec des cas de décès enregistrés suite à la marche folle programmée par un prétendu Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) », accuse-t-il.

S’appesantissant un peu plus sur les cas de morts qui ont émaillés les manifestations, le parti présidentiel à travers le ministre Komara, dit « encourager le gouvernement à accélérer les enquêtes en cours afin de mettre hors d’état de nuire ces individus qui sèment la mort pendant les manifestations de l’opposition, d’où qu’ils viennent ». Mais du point de vue du RPG Arc-en-ciel et de ses alliés, il n’y a pas de doute. Si la Guinée enregistre ces soulèvements qui se soldent le plus souvent par morts d’hommes, c’est parce qu’il y a des « Guinéens qui décident de marcher sur le cadavre d’autres Guinéens pour arriver au pouvoir ;(…) des Guinéens qui décident d’arriver au pouvoir par la voix de la violence et des armes en violation des dispositions de la constitution qu’ils prétendent défendre et des Guinéens qui pensent qu’ils peuvent écourter le mandat du Pr Alpha Condé que le peuple de Guinée lui à librement donné ».

Balla Yombouno

A lire  MAYS MOUISSI: "Certains pays africains s’en sortiront mieux que d’autres face au COVID-19"