N’ZEREKORE : la société civile appelle au dialogue avant la manif du 24 octobre

Si la marche du 14 octobre dernier s’est passée sans bruit dans la capitale de la région forestière, celle du jeudi prochain préoccupe la société civile. Laquelle appelle en conséquence au calme et au dialogue.

Depuis quelques jours,  l’antenne régionale du FNDC de N’zérékoré, après ce qu’il assimile à une violation de l’accord local par les autorités, menace  d’entreprendre des manifestations. Le nouvel appel à manifestation intervenant dans un tel contexte, les responsables de la société civile régionales, sont quelque peu inquiets. Soucieux de sauver ce qui reste de l’accord, ils appellent au dialogue. « Nous sommes tous sous l’autorité de cet protocole d’entente. Nous organisations de la société civile, nous appelons les uns et les autres à l’apaisement car nous avons à gagner dans la paix, dans la quiétude »,  conseille Amara Nioké Diabaté, président régional des organisations de la société civile. Il pense même qu’il est plus judicieux que « les gens se préoccupent du processus électoral enclenché pour ne pas que nous sortions perdants. »

Sollicité par nos soins, Simon Loua, citoyen rencontré au grand marché de N’zérékoré concède que N’zérékoré a ceci de particulier que les mouvements de manifestations qui y sont organisés sont souvent accompagnés de casses et de morts d’hommes. « Nous devons surseoir à toutes manifestations pour préserver nos biens mais surtout notre vie », préconise-t-il.

 Du côté du FNDC, les discussions sont en cours et dans les jours à venir l’opinion nationale saura situer par rapport à la mise en application ou non de  la menace brandie au lendemain de la violation du protocole d’entente.

A lire  Et si nous étions le président Alpha Condé...?

De N’zérékoré, Niouma Lazare Kamano pour ledjely.com

Tel : +224622783505