Le ministre de l’Unité nationale confère avec le Groupe national de contact

Ce lundi 21 octobre,  le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, Mamadou Taran Diallo, a reçu la visite du Groupe national de contact, venu échanger avec lui des derniers développements en Guinée. En raison de la crise résultant notamment de la manifestation du 14 octobre dernier, s’étant soldée par des violences ayant entrainé des pertes en vies humaines, le Groupe national de contact avait à cœur d’examiner avec le ministre quelques pistes de solutions, en vue de sortir le pays de la spirale des violences meurtrières.

La délégation du groupe national de contact était conduite par Hadja Saran Daraba Kaba. Qui, en déclinant de la rencontre, a évoqué notamment la tension que connait le pays ces derniers temps. Tension se traduisant par la manifestation du lundi 14 octobre 2019 à l’appel du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), à la suite de laquelle un bilan d’une dizaine de morts a été relevé. «Nous sommes venus porter le message des populations auprès du ministre. Durant nos tournées à l’intérieur du pays, les populations ont posé leurx inquiétudes par rapport à l’évolution des choses. Donc, nous sommes aussi venus pour discuter de la situation sociopolitique du pays et dans l’ensemble trouver des voies et moyens pour sortir très rapidement de cette crise parce qu’aucun Guinéen n’a intérêt à ce que ce pays brûle », explique la cheffe de délégation du GNC.

En réponse, le ministre de l’Unité nationale a d’abord dit partager les préoccupations du Groupe national de contact. «Nous sommes dans une crise qui est en train de faire des blessés et des morts qu’il faut fermement condamner. Il ne faudrait plus qu’aucun Guinéen, pour son opinion, sa vocation politique soit blessé, à plus forte raison tué », indique-t-il. Avant de s’engager : « de notre côté, nous allons chercher à agir plus sur la prévention et que tous ceux qui s’investissent dans la paix, dans la quiétude et dans la réconciliation puissent bien agir pour que cela ne se répète plus. Il faut faire en sorte que dans le combat politique, que chacun puisse s’exprimer de façon libre et sans violence», préconise Mamadou Taran Diallo  

Ibrahima Kindi BARRY  

A lire  DIPLOMATIE : plusieurs hauts-gradés promus ambassadeurs