Cellou Dalein Diallo à l’hôpital sino-guinéen

Après le commun des parents des victimes des violences politiques, c’est autour des responsables politiques et du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), d’arriver à l’hôpital sino-guinéen de Kipé, pour prendre part à la levée des corps, puis à la marche funèbre et plus tard aux funérailles prévues à Bambéto.  Parmi les responsables politiques qui viennent d’y arriver, Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne et Sidya Touré, le leader de l’UFR. Dans les minutes qui suivent, les corps des 11 victimes qui seront inhumées seront exposés devant les familles. Mais avant, Cellou Dalein Diallo a dit déplorer « cette autre tuerie de jeunes manifestants âgés de 14 à 25 ans ».

Rentré ce matin même d’un séjour à l’étranger Cellou Dalein Diallo commence par expliquer sa présence aux funérailles de ce lundi, Cellou Dalein : « je tenais  à être  là pour  prendre part  à ces funérailles  et rendre hommage à  ces citoyens qui ont consenti  le sacrifice ultime  pour que la Guinée soit libérée de la dictature, pour que règne dans notre pays une société  juste et respectueuse des droits humains et des libertés  fondamentales ».

Le président pense par ailleurs que les circonstances dans lesquelles les dernières victimes sont tombées à Conakry sont celles qui prévalent depuis l’arrivée du président Alpha Condé au pouvoir : « depuis 2011, nous sommes en train de subir  les mêmes atrocités, les mêmes assassinats. Jamais – et on l’a toujours  déploré et dénoncé – Monsieur Alpha Condé  n’a  voulu que les enquêtes soient menées pour  identifier les auteurs de ces crimes »

A lire  COMMUNIQUE : le programme des obsèques de Hadja Nana Fofana, mère du PM

Mais il promet que les choses devraient changer cette fois : « nous allons exiger qu’il y ait enfin ces enquêtes, non seulement  pour ces 14 victimes des violences, des manifestations du 14 octobre, mais également pour tous les 100 autres citoyens guinéens qui ont été  arrachés à notre affection, à  l’affection  de leurs familles alors qu’ils exerçaient un droit  constitutionnel

Balla Yombouno