KINDIA : le FNDC a manifesté sans violence

Contrairement à la première réponse que le maire de la commune urbaine de Kindia avait opposée à la lettre d’information de la coordination régionale du FNDC, la marche des opposants à la nouvelle constitution, finalement autorisée par les autorités locales, a pu se tenir ce lundi. Et globalement, tout s’est passé sans le moindre incident notable.  Pas de jets de pierres, ni de grandes lacrymogènes. Mais une détermination de la part des opposants à la nouvelle constitution à barrer la route au projet du président Alpha Condé. Détermination qui se traduisait notamment dans les slogans que les manifestants criaient en chœur.  

Venus des différents quartiers de la ville pour faire convergence au niveau du rond point central de la gare routière, les jeunes engagés au sein du FNDC de Kindia, habillés en rouge en majorité, se sont fortement mobilisés  ce matin pour protester contre la révision constitutionnelle que caresse le régime d’Alpha Condé. Environ, trois heures d’horloge ont suffi aux manifestants pour parcourir l’itinéraire allant de la gare routière à la place des martyrs. Trois heures durant lesquelles les boutiques et autres commerces sont restés fermés au centre ville. Dans les périphéries, la circulation est quasi morte. Par contre, les écoles ont fonctionné, vu que les autorités en charge de l’éducation avaient pris des dispositions pour que les cours ne soient point affectés.

Et l’atmosphère pacifique qui a caractérisé la marche réjouit même les organisateurs. Ainsi, Amadou Oury Barry, vice –président du collectif citoyen pour le développement durable, membre du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) fait part de sa satisfaction : « je salue la façon dont la manifestation s’est passée. Je salue en particulier la non-violence qui l’a caractérisée. Un front comme le nôtre – responsable – ne peut pas cautionner la violence. Si ça continue de cette façon, je croit qu’on peut garantir la construction d’un Etat de droit chez nous »

Balla Kourouma, depuis Kindia

A lire  ECONOMIE: le gouvernement lance un emprunt obligataire d'un montant nominal de 1600 milliards