La CEDEAO se veut ferme sur la crise en Guinée Bissau

A l’issue de son sommet extraordinaire qu’elle a consacré ce vendredi 8 novembre aux derniers développement en Guinée Bissau (et auquel la Guinée était représentée par le ministre secrétaire général à la présidence de la République, Kiridi Bangoura), la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) n’a pas voulu caresser le président Jose Mario Vaz. Condamnant sans équivoque sa décision de limogeage du premier ministre Aristide Gomes, les chefs d’Etat de la sous-région exigent la démission immédiate et sans condition du nouveau premier ministre et de tout son gouvernement. Se prononçant par ailleurs en faveur du maintien de l’élection présidentielle en Guinée Bissau au 24 novembre 2019, l’organisation sous-régionale menace de sanctions tous ceux qui, de par leurs actes, viseraient à faire échouer le processus électoral ou la normalisation politique du pays. Dans cette même optique, la CEDEAO décide du renforcement de la Mission de la CEDEAO en Guinée Bissau (ECOMIB). 

Ci-dessous le communiqué final de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement

A lire  ‘‘FOOT FOR CHANGE’’ : un premier test plutôt prometteur