Le ministre Mouctar Diallo visé par une plainte

Au nom de Safiatou Diallo, mère de deux victimes tombées lors des manifestations politiques, l’Institut de recherche sur la démocratie et l’Etat de droit (IRDED) a déposé une plainte contre le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes. Plainte qui fait suite aux propos tenus par Mouctar Diallo sur les antennes de nos confrères d’Espace FM dans l’émission des ‘‘Grandes Gueules’’. Le ministre y indiquait avoir connaissance de jeunes détenteurs d’armes dans les manifestations de l’opposition. L’annonce du dépôt de plainte a été annoncée faite ce mardi 12 novembre par Me Thierno Souleymane Baldé, un des responsables de l’IRDED.

Devant un parterre de journaliste, Me Thierno Souleymane Baldé explique le bien-fondé de la démarche de son organisation:

Nous sollicitons auprès du tribunal de première instance de Dixinn de convoquer le ministre Mamadou Mouctar Diallo pour qu’il aide la justice à trouver les détenteurs des armes dont il a connaissance. Il l’a dit lors d’une émission de grande écoute. Donc nous demandons à ce que la justice puisse l’entendre. Au-delà, nous avons déposé une plainte contre le ministre en nous référant au code pénal notamment, l’article 705, qui prévoit des sanctions en cas de non dénonciation d’un crime.

Le responsable de l’IRDED précise par ailleurs que les fonctions actuelles du ministre de la Jeunesse ne devraient empêcher la plainte de prospérer :

La plainte qui vise le ministre est antérieure à son poste qu’il occupe actuellement. Les propos qu’il a tenus sont en dehors de l’exercice de sa fonction de ministre. L’acte dont il a connaissance remonte au moment où il militait encore pour l’opposition donc, son statut ou de ministre ne peut interférer à son jugement.

Pour sa part, Safiatou Diallo, mère de deux victimes tombées lors des différentes manifestations politiques dont Ismaël Bah, encore sous le choc, demande la coopération du ministre mais aussi toute la rigueur de la justice pour que les auteurs des tueries dont ses enfants ont été victimes soient retrouvés.

De même, Mamadou Ciré Diallo, jeune de l’axe, ancien collaborateur du ministre à l’époque où celui-ci était dans l’opposition, s’indigne des affirmations de Mouctar Diallo. Il demande aussi à ce dernier de collaborer afin de permettre que les responsabilités soient situées :

Mouctar Diallo était avec nous dans l’opposition. On organisait ensemble les manifestations, s’il dit qu’il connait des gens qui détiennent des armes, alors on voudrait bien qu’il les dénonce. Le pire dans tout cela, c’est que le ministre utilise ou tient de tel propos pour satisfaire ses besoins afin d’avoir de quoi manger. C’est frustrant, c’est déplorable et j’avoue que mon indignation n’a pas de limite.

Prévoyant l’éventualité que la plainte puisse être classée sans suite, l’IRDED fait remarquer que c’est tout de même une formidable opportunité qui est ainsi offerte à la justice pour faire la lumière sur les cas épineux de tueries le long de l’axe.

Ibrahima Kindi Barry

A lire  MARCHE DU JEUDI: le FNDC prend acte de la non-réponse des mairies