Mama kanny Diallo : « les travaux publics absorbent l’essentiel des crédits »

En 2020, l’enveloppe globale pour le secteur des infrastructures en Guinée est de 2567, 67 GNF et représente 25,6% soit  un peu plus du quart du budget d’investissement. C’est ce qui ressort de la présentation du projet de loi de finances initiale, ce lundi 18 novembre 2019, de Mama Kanny Diallo,  ministre en charge du plan et du développement économique devant l’Assemblée nationale.  

Dans son exposé, la ministre explique que les travaux publics absorbent l’essentiel des crédits avec une part de 90,2%  à travers plusieurs projets : il s’agit de la route nationale Nº1 qui part de  Coyah, passe par Mamou pour Dabola, avec un coût total de 328 millions d’euros. Il y a le bitumage des voiries urbaines de Conakry, pour un coût de 186 millions d’euros, avec un financement chinois à hauteur de 85%. A ces projets s’ajoutent  l’aménagements sur financement de la BADEA, de la BAD et de l’Union européenne, des routes telles que Gueckédou-Koudénbadou, Boké-Québo, Coyah-Farmoryah, et Lola-N’zoo et le bitumage des villes de l’intérieur comme Labé, Pita, Dalaba, Siguiri, Kindia, Kouroussa, Lola, Beyla,  Téliméle, ainsi que  l’aménagement des transversales de Conakry.

Selon elle, avec une dotation globale de 338 milliards, le secteur de l’énergie continue à occuper une place importante. «A lui  tout seul, il absorbe  87, 1% de crédits prévisionnelles à travers l’aménagement des barrages hydroélectriques de Sambagalou,  de Fomi, et la poursuite des travaux de  réhabilitation et d’extension du réseau électrique de Conakry et des villes de l’intérieur. », explique-t-elle. Le sous-secteur de l’eau urbain et de l’hydraulique, du tourisme, ainsi que l’industrie et du commerce artisanal, dit-elle,  se partagent les 12,9% restant.

A lire  ASSEMBLEE : Abdourahmane Sano interpelle les députés

Le nouveau programme d’investissement 2020-2040, dans le sous-secteur de l’eau, selon Mama Kany, est estimé à 1,3 milliards d’euros.

Balla Yombouno