N’ZÉRÉKORÉ : des femmes protestataires devant le gouvernorat

A N’Zérékoré, plusieurs femmes du village de Koulyépoulou dans la sous-préfecture de Saomé étaient fortement mobilisées ce mercredi devant le gouvernorat de N’zérékoré. Torse nu pour certaines, elles protestaient contre l’interpellation de 16 citoyens de leur village par l’escadron mobile n°10. Selon une source qui s’est prêtée au micro de notre correspondant local, tout est parti de la confiscation par un habitant du village de fétiches d’un doyen de la communauté désormais décédé.

Lisez plutôt l’explication à nous fournie par Nestor Kpoghomou, jeune du village Koulyépoulou :

Il y a un an, quand un de nos doyens du village est décédé à Conakry, une délégation a quitté le village pour aller prendre part à son enterrement. Le vieux Jogopé – principale cible des protestataires – était de cette délégation. Au moment d’enterrer le vieux, beaucoup ont souhaité qu’il soit inhumé avec ses fétiches, puisqu’il était un fervent connaisseur du mystique, Jogopé s’est opposé. Il a dit que celui-ci ne serait pas enterré avec ses gris-gris. En conséquence, ces derniers lui ont été remis. A son retour au village, il s’en est accaparé. Craignant qu’il ne s’en serve pour faire du mal aux gens, tout le village lui a demandé de remettre les médicaments. Mais en vain. Et puisqu’au village, nous avons un principe qui dit que toute personne qui détient le mauvais sort, doit quitter le village,  il a été chassé. Je précise que lui seul a été chassé. La mesure n’intéressait aucun autre membre de sa famille.

Depuis, il vit à N’zérékoré. Et récemment, avec l’arrivée de son fils de Conakry, il est venu avec ce dernier au village. A son fils, le village a fait comprendre a expliqué ce que son père a fait et les sanctions qui lui sont conséquemment infligées.  Sauf que dans la nuit du dimanche, son fils Adamo a commencé à agresser les villageois. Il ne s’est pas limité à ça, il a pris son père pour venir à N’zérékoré. Arrivés, ils sont allés porter plainte contre d’abord 3 sages du village et 3 jeunes qui ont été interpellés hier mardi. Puis, aujourd’hui, l’escadron mobile n°10 de la gendarmerie de N’zérékoré est allé interpeller 10 autres citoyens. C’est pourquoi nos mamans sont sorties du village jusqu’ici pour se faire entendre.

Au moment où nous quittions les lieux, les femmes étaient reçues par les cadres du gouvernorat de N’Zérékoré.

N’zérékoré, Niouma Lazare Kamano pour ledjely.com

Tél: +224622783505

A lire  LOLA : Togba Traoré, candidat du RPG-arc-en-ciel au scrutin uninominal (son portrait)