Santé/ PASA 2: le top départ

 A Conakry, le 2ème  volet du programme d’appui au renforcement du système de santé est  lancé ce 21 novembre 2019. Il vise à favoriser l’accès de la population à des soins de santé de base de qualité afin de réduire la mortalité infantile et d’améliorer la santé maternelle.  Durant 40 mois, en effet,  la coopération allemande (GIZ) et expertise France s’occupent  de l’exécution du programme   dans la région de Nzérékoré et dans les préfectures de Kérouané et Kissidougou.  Le coût global de l’opération est de 26.350. 000 euros, soit  272 milliards GNF.

 A l’occasion du lancement du programme, Antoine Perlé, Directeur du département santé d’expertise France  explique que le projet PASA2-  en ciblant la région  où a été décelé  le patient zéro de l’épidémie Ebola-  s’inscrit  dans la logique des projets post-Ebola dans le cadre du renforcement du système de santé  en Guinée. Selon lui, 3 autres  projets ont précédé le lancement de ce programme : « il y a 13 mois presque jour pour jour,  je suis venu participer à l’inauguration du nouveau laboratoire de l’UGAN que nous avons construit et équipé dans le cadre de ce projet de renforcement de réseau de laboratoire en Guinée ». Les deux autres projets, souligne-t-il, étaient axés sur la  riposte à  Ebola et la prévention des infections.

Saisissant la balle au bond, Josep Coll, ambassadeur de la délégation de l’union européenne se réjouit de l’augmentation dans le pays  de l’allocation du budget de la santé,  passé de 2,8 % en 2014 à 8 % aujourd’hui, en plus du recrutement et du déploiement du personnel de santé.  Toutefois, il  estime que « des efforts supplémentaires doivent encore être consentis, notamment pour assurer la gestion efficace des ressources humaines et  l’appropriation du budget national de santé dans les délais prévus, ainsi que l’amélioration de la qualité et l’efficience de la dépense .»

A lire  PAPE DIOUF : A dieu l’ambassadeur !

Pour sa part, Fabien Talon,  conseiller de l’Ambassade de France,  réitère l’engagement  de son pays à  accompagner la Guinée : « la conception même de ce projet  est un exemple d’union de forces complémentaires au service d’objectifs ambitieux et validés par tous. ».

Pour sa part, Dr Sékou Condé, Secrétaire général du ministère de la santé promet : « nous prenons l’engagement de tout mettre en œuvre pour l’accompagnement institutionnel continu et assidu sur les différentes composantes du projet. » Pour lui,  il est en effet du devoir premier de l’Etat, au niveau politique et stratégique notamment, de faire en sorte que la santé ne soit pas un vain mot, mais une réalité basé sur la déconcentration et la décentralisation.

A noter que la convention de financement du programme PASA2 a été signée le 28 février 2018. Son  lancement régional est prévu le 27 novembre prochain. Pour ce qui est du programme en  Guinée,  23 millions d’euros sont  financés par l’Union européenne, tandis que  2.350. 000 euros sont assurés  par  Ministère allemand pour la Coopération et le Développement. Le Ministère de  l’Europe et des Affaires étrangères français (MEAE) et le Ministère des solidarités et de la santé français (MSS), eux,  déboursent 1.000. 000 d’euros.

Hawa Bah