INFOX : ces propos non authentiques qu’on prête à Alpha Condé

Ce samedi 23 novembre, cela fait une semaine jour pour jour qu’on en parle abondamment dans le sillage de l’actualité politique guinéenne. Convaincus de leur authenticité, quelques confrères les ont commentés. Des politiques y ont également réagi. Mais surtout, les réseaux sociaux en sont littéralement inondés. Pourtant, les propos selon lesquels lors de son passage à N’zérékoré, Alpha Condé aurait justifié sa propension à faire adopter une nouvelle constitution par sa crainte de laisser le pays entre les mains de « bandits », ne sont disponibles nulle part. Tout le monde en parle, mais personne ne les a écoutés. Ce qui fait que de toute évidence, nous en sommes en présence d’une infox.

Comme c’est souvent le cas, c’est d’abord sur les réseaux sociaux que les premières évocations des fameux propos ont fleuri. Ceux qui, les premiers, ont propagé la rumeur n’ont donné aucune source. Aucun extrait sonore non plus. Encore moins une vidéo. Mais laissant entendre qu’Alpha Condé s’était exprimé en marge de son entretien avec le patriarche de N’zérékoré, ils avaient pris le soin de mettre la déclaration prêtée au chef de l’Etat entre guillemets. Ce qui pouvait logiquement passer pour un signe d’authenticité de ladite déclaration. Mais en réalité, il n’en est ABSOLUMENT rien.

Pour avoir le cœur net, nous nous sommes d’abord rapproché des témoins privilégiés de la rencontre entre le président Alpha Condé et le patriarche de N’zérékoré. En particulier, le fils dudit patriarche qui a servi d’interprète entre les deux personnalités, ne confirme pas. D’autres témoins ayant assisté à la rencontre, sont du même avis. Ensuite, des confrères basés dans la région sont catégoriques sur le fait que dans son discours à la place des martyrs, Alpha Condé n’a pas tenu les fameux propos. Aucune source indépendante n’en a donc la preuve. Bien que la réaction des uns et des autres laisse croire le contraire.

A lire  NORASSOBA : des précautions posthumes

Qu’est-ce qui a favorisé la propagation?

Mais pourquoi donc une telle rumeur s’est elle imposée de manière aussi prégnante ? Un premier élément d’explication pourrait se trouver dans la légèreté avec laquelle on appréhende les informations. Du citoyen le plus ordinaire aux leaders politiques les plus haut placés, en passant par les médias, on met très peu de rigueur dans la vérification de l’information. On se fait la courroie de transmission de tout et n’importe quoi, sans se soucier par ailleurs, ni des effets éventuels de la rumeur qu’on propage, ni des conséquences sur sa propre crédibilité et au-delà sur la crédibilité de la parole publique. Ensuite, si tout de suite, les propos attribués à Alpha Condé ont été considérés comme authentiques, c’est parce qu’on croit le chef de l’Etat en mesure de les tenir. Sans être vrais, ils sont vraisemblables. Ainsi, personne n’a cru devoir les vérifier. D’ailleurs, il convient de rappeler que le 23 septembre 2019, devant une foule de militants à New York, le président de la République avait tenu des propos similaires. A son auditoire, il avait assuré : « Nous n’accepterons pas que les gens qui ont mis ce pays à terre reviennent pour mettre ce pays à terre ». Quand on a entendu ça, on considère que les propos prêtés au même Alpha Condé à N’zérékoré n’ont rien de nouveau. Pas question donc d’en douter. Ainsi, le président peut bien avoir tenu les fameux propos. Parce qu’il l’a fait ailleurs. Mais pour ce qui est de N’zérékoré, on n’a pas encore des éléments de preuve factuels qui permettent de l’affirmer de manière certaine.

A lire  FORUM SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES: Alpha condé et Idris Deby lancent les travaux

Infox à quelles fins?

Il reste cependant à comprendre pourquoi les auteurs de cette fake news l’ont-elle propagée ? A l’évidence, nous sommes-là en présence d’une stratégie de communication à la fois subtile et vicieuse. Le président Alpha Condé et son entourage ont conscience de l’ampleur de la contestation qui se dresse contre le projet de nouvelle constitution dont ils sont porteurs. Ils sont conséquemment en quête de toutes les stratégies pouvant permettre de faire passer la pilule. Et une des stratégies consiste à surfer sur les défauts réels ou supposés des adversaires. Ils espèrent qu’avec les portraits de Cellou Dalein Diallo et de Sidya Touré, peints en délinquants économiques, le projet de nouvelle constitution deviendra subitement moins péjoratif. En brandissant le passé des deux anciens premiers ministres, confondus au régime de Lansana Conté, le camp d’Alpha Condé voudrait présenter du projet de nouvelle constitution, une approche plus noble et moins politicienne. Et c’est sous cet angle qu’il faut certainement comprendre cette folle rumeur qui aura bluffé tout le monde.

Boubacar Sanso BARRY