EDUCATION : vers une nouvelle grève du SLECG !

Le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée compte se retirer de la commission de recensement du fichier des enseignants. Il l’a annoncé au cours de son assemblée générale de ce 23 novembre 2019.  Le temps mis par l’opération  et le  rapport qui en découle ont  motivé sa décision. Conséquence : le mouvement  n’exclut pas de déclencher une grève générale et illimitée.

Dans son discours, Aboubacar Soumah, Secrétaire général  du SLECG dit relever une différence notoire  entre les résultats du recensement qui lui ont été soumis et ceux présentés officiellement par la commission : « lorsqu’on m’a remis la statistique, je l’ai fait analyser par notre commission technique.»  Selon lui, beaucoup d’enseignants qui sont en position de cours sont portés sur la liste comme invalide et vice-versa.

Dans le fichier général de la fonction publique des agents de l’éducation, explique-t-il, nombreux sont les enseignants qui perçoivent leur salaire, mais qui n’ont pas été recensés : « c’est pour vous dire que le fichier qui nous a servi pour le recensement est un faux fichier.  Ils ont gonflé le nombre de personnes valides. »  Plus loin, il  souligne : « à l’enseignement technique, il y a 2.723 valides, au lieu de 118 et 187 dossiers Invalides au lieu de 145. »

Pour toutes ces raisons, le SLECG compte adresser dès ce lundi, une correspondance  au gouvernement pour lui signifier son retrait de la commission de recensement,  exiger le payement  des 8 millions comme salaires individuels. «  Dans le cas contraire, nous sommes prêts à déclencher une grève générale et illimitée sur toute l’étendue du territoire national », déclare  Aboubacar Soumah.

A lire  RAMADAN : des contours du jeûne au cœur d’un débat à Conakry

Hawa bah