L’avocat de Lansana Diawara: “Il a été notifié à mon client qu’il ne peut pas être poursuivi sur la base du code pénal”

Nous en savons un peu plus sur les raisons qui ont conduit à la libération de Lansana Diawara, de la MAOG. Selon son avocat,  Me Thierno Souleymane Barry, c’est le procureur du TPI de Dixinn qui a lui-même notifié que l’activiste de la société civile ne pouvait pas être poursuivi sur la base du code pénal. Le délit de diffamation pour lequel Alpha Ibrahima Keira avait porté plainte contre lui ayant été commis par voie de presse, c’est plutôt sur la base de la loi sur la liberté de presse que la procédure doit être menée. En conséquence, sa détention ne pouvait pas perdurer.

Bien qu’ayant été déféré hier après son audition sur PV, Lansana Diawara a pu rejoindre dans l’après-midi de ce mardi 26 novembre son domicile. “L’honnêteté voudrait que je reconnaisse que c’est le procureur près le TPI de Dixinn qui a lui-même notifié que mon client ne peut pas être poursuivi sur la base du code pénal“, explique son avocat. Me Thierno Souleymane Barry rappelle dans la foulée n’avait fait que reprendre une information publiée par un site internet de la place. Il en résulte, selon lui, que s’il y a délit, celui-ci n’a été commis que par voie de presse. Par conséquent, en pareille circonstance, c’est la loi sur la liberté de la presse qui sied.

Pour la suite de la procédure, Me Thierno Souleymane Barry estime que c’est au procureur qu’il reviendra de décider de l’issue à donner à la procédure. En tous les cas, l’avocat rappelle que son client n’avait aucune intention de “faire du mal“. Il agit “conformément à sa mission de veille et d’alerte que lui confère sa vocation d’activiste de la société civile“.

A lire  ECONOMIE : vers la relance de la mine de Forécariah