PROJET ReCCLAS : acteurs et partenaires réunis autour de la revue à mi-parcours

La capitale forestière abrite depuis ce 25 novembre 2019, un atelier de revue du projet de Renforcement de la collaboration entre les collectivités locales et les autorités sanitaires (ReCCLAS). Il s’agit pour les partenaires techniques et financiers, les autorités ainsi que les communautés de passer au peigne fin les progrès réalisés par le projet dans le cadre de l’amélioration de l’état de santé des populations des collectivités locales couvertes par le projet.

Selon le Directeur régional de la santé de N’zérékoré, la revue est l’occasion d’évaluer l’ensemble des activités réalisées par le projet de novembre 2017 à novembre 2019.,  Mais au-delà du regard sur ce qui a été fait, Elhadj Adama Kaba précise qu’on en profitera également pour faire une projection sur l’année suivante, en partant notamment des recommandations issues de la revue.

Pour sa part, le chef de Délégation de Terre des Hommes (Tdh) en Guinée, David Bridier, note que la revue va consister en des échanges constructifs entre toutes les parties prenantes pour apprécier les progrès réalisés. Dans la foulée, il rappelle que « les principaux enseignements qui ont été tirés de l’épidémie à virus Ebola ont indiqué qu’il était nécessaire de consolider le système de santé dans son ensemble et de facto, la santé communautaire afin de renforcer la Guinée face à d’éventuelles nouvelles épidémies ».

 

De son côté, la chargée de Projet Santé à la Délégation de l’Union européenne en Guinée, Diana Van Daele, a d’abord salué l’approche santé communautaire du ministère de la Santé. Toutefois, elle souligne que bien de défis restent encore à relever en la matière dont celui de la participation des communautés locales au financement de cette approche. Elle relève par ailleurs le besoin en renforcement de capacités des agents de santé.

A lire  CELLOU DALEIN DIALLO : «il n’y a aucun problème entre Peuls et Malinkés…»

Justement, le Directeur général du service de l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (FED), Mohamed Lamine Cissé, fait remarquer qu’une série d’actions sont prévues en vue d’une meilleure implication des communautés elles mêmes, leurs élus locaux, les services techniques de l’État relevant des services déconcentrés et du ministère de la santé. Ce, précise-t-il, en conformité avec la politique nationale de la décentralisation et de la déconcentration.

En présidant la revue de deux jours, le directeur de cabinet du gouvernorat de N’zérékoré, Oumar Nabé s’est tout d’abord félicité des avancées enregistrées dans l’amélioration de l’état de santé de la population par ce projet. Par ailleurs, il a affiché la ferme volonté des autorités à tous les niveaux de ne ménager aucun effort pour l’atteinte des objectifs de ce projet.

A noter que le projet ReCCLAS bénéficie d’un appui financier de l’Union Européenne sur les ressources du 10ème  FED. Lancé il y a deux ans, dans les préfectures de N’zérékoré, Lola et Beyla,  le projet ReCCLAS vise à contribuer à l’amélioration de la santé de la population dans la région de N’zérékoré par la promotion de la santé communautaire. Il est mis en œuvre par le consortium Terre des hommes Tdh, AGIL et PRIDE-Guinee Formation.

N’zérékoré, Niouma Lazare Kamano pour ledjely.com

Tél: +224622783505