N’ZEREKORE : le représentant-pays de l’Unicef confère avec les autorités locales

Comme nous l’annoncions dans nos précédentes dépêches, le représentant pays du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF-Guinée) poursuit sa tournée à l’intérieur du pays. Après Macenta, Pierre Ngom et sa délégation ont été reçus ce mardi 26 novembre 2019, par les autorités administratives et municipales de N’zérékoré. Pour le représentant de l’Unicef, la visite avait notamment pour objectif de lui permettre de s’imprégner du niveau de mise en œuvre des activités soutenues par son institution dans les communes de convergence. Parallèlement, il a pu mesurer le niveau d’implication des autorités dans la mise en œuvre de ces activités.

Comme il l’a fait lors des étapes ayant précédé son arrivée à N’zérékoré, le représentant pays de l’Unicef a échangé avec les autorités et les représentants des communautés sur les enjeux des projets que son institution est être en train d’appuyer pour le bonheur de ces communautés en général et celui des enfants en particulier. Dans le cas de la capitale de la région forestière, les échanges ont notamment porté sur les projets relatifs à l’éducation, à la santé, à la gouvernance et à la protection de l’enfant. A titre d’exemple, le coordinateur régional de l’état-civil de N’zérékoré qui s’est chargé d’égrener les réalisations menées dans ce domaine précis, grâce à l’appui de l’Unicef. Selon Jean Bamba, dans le but d’améliorer l’état-civil dans la région, « l’Unicef a doté chacun des 66 centres d’état-civil de la région d’une moto, installé 7 kits informatiques et solaires pour la DNEC et les 6 communes urbaines de la forêt, fourni en matériels bureautiques, armoires métalliques d’archivages et des consommables de bureau pour les 66 centres d’état-civil, 77 centres de santé et les 6 tribunaux de la région ». Des efforts auxquels on peut ajouter, à en croire le coordinateur régional,  « la mise à disposition des registres sécurisés (naissance, mariage et décès) et les cahiers de village pour améliorer l’enregistrement des faits d’état civil ; la formation de 450 acteurs et auxiliaires d’état civil à savoir les maires, les chargés d’état civil, les secrétaires généraux, des chefs de centres et postes de santé, personnel de la justice, sous-préfets, Directeurs de plan et statistique, leaders communautaires, sur l’enregistrement des faits d’état civil et des statistiques vitales ».

A lire  [TRIBUNE]: Pourquoi l'ANIES NE SORT PAS LES Gens de la Pauvreté ?

Des efforts qui, selon le chargé d’état civil à la mairie de N’zérékoré, Alseny Thoyo, ont conduit à des résultats fort louables. « Si avant, nous n’enregistrions que 2000 ou 2500, mais depuis que nous avons commencé à avoir des registres sécurisés, à la fin de chaque année, on peut enregistrer à plus de 4000 faits d’état-civil. En 2018 par exemple, on a enregistré plus de 4000 », précise-t-il.

Après avoir écouté ces messages de satisfaction, le représentant pays de l’Unicef, dira qu’en matière des droits des enfants, l’identité est le 1er droit de tout enfant qui vient de naitre. Or, selon Pierre Ngom, « cette identité de l’enfant se cristallise par l’acquisition d’un acte de naissance ». Le représentant de l’Unicef n’a pas non plus caché la joie que lui procurer les avancées mises en exergue par ses interlocuteurs. Ça augure de belles perspectives, selon lui : « je suis vraiment content du fait que cette modernisation va encourager davantage l’enregistrement des naissances », s’est réjouit-il.

En tout cas, dans cette dynamique, on peut compter sur le soutien et la disponibilité du gouvernorat. C’est en substance ce qu’on peut retenir de l’intervention du gouverneur de région, Ismaël Traoré, en personne. « Il faut que je sois l’artisan pour renforcer les capacités et que je sois à l’écoute de l’Unicef pour que les actions qu’il doit mener sur le terrain soient des actions de grande portée. L’Unicef est une grande institution internationale qui s’occupe des enfants et des femmes et si quelque part elle vient vers la région pour que nous puissions travailleur de concert, cela n’est que pour nous un atout, c’est pourquoi nous sommes contents de le recevoir », a déclaré, plein de reconnaissance, le gouverneur de région.

A lire  COVID-19: la Banque mondiale et le FMI appellent à alléger le poids de la dette des pays les plus pauvres

Il faut signaler que le patron de l’Unicef-Guinée est aussi attendu dans la région de la Haute Guinée.

De N’zérékoré, Niouma Lazare Kamano pour ledjely.com

Contact : +224622783505