URGENT: Le ministère public pas opposé à la mise en liberté provisoire des prevenus

Les choses s’annoncent plutôt bien du côté de la Cour d’appel de Conakry. Comme le pressentaient d’ailleurs les membres du FNDC et plus largement l’opinion publique. En effet, nous venons de l’apprendre. Le ministre public n’entend s’opposer à la demande de mise en liberté provisoire formulée par les avocat de la défense.

Après la reprise de l’audience, les avocats de la défense sont revenus avec un certain nombre de griefs contre le jugement en première instance. Il s’agit notamment de:

  • Mauvaise qualification des faits par le premier juge,
  • Violation de  l’article préliminaire du code de procédure pénale, en ces alinéas 1 ; 3 et 8 du code de procédure pénale
  • Mauvaise application de l’article 632 du code pénal,
  • Défaut du jugement

A la suite de cette énumération, les avocats ont donc demandé une mise en liberté provisoire. Le président de la Cour a soumis à la requête au représentant du ministère public. Et celui de dire qu’il n’y est pas opposé.

A préciser néanmoins que cette première doléance des avocats ne concernait qu’un premier lot composé notamment d’Abdourahmane Sano et ses camarades du FNDC. Quant à Elie Kamano et Elie Kamano, leur dossier est en ce moment même en débat. Et c’est après que la cour devrait rendre son verdict. Mais Maître Mohamed Traoré, du collectif des avocats de la défense envisage déjà l’avenir avec optimisme. “C’est déjà un grand pas que le ministère ne se soit pas opposé à notre demande“, confie-t-il à notre reporter.

Balla Yombouno. 

A lire  CULTURE/FENAC 2019 : Alpha Condé promet une "indemnité mensuelle" à quelques précurseurs de la musique guinéenne