ECONOMIE/PNDES-2018 : le rapport sur les performances…enfin

 Les actions programmées en 2018, ont connu un rythme d’exécution meilleur que celui de 2017… Ce sont des propos du Premier ministre, Ibrahima kassory Fofana, à l’occasion du lancement de la revue de performance du Plan national de Développement économique et social (PNDES’), ce mercredi 11 décembre 2019. Pour la première fois, depuis  la mise en place du dispositif de suivi et évaluation  du PNDES en novembre 2018, un rapport annuel est présenté par le Ministère du Plan et du Développement économique. Lequel indique que le pays a mobilisé et investi dans des projets et programmes de développement plus de 9 milliards des  21 milliards 700 millions de dollars US annoncés en faveur de la Guinée par la communauté des bailleurs de fonds en novembre 2017 à Paris.

« La revue de performance constitue une étape importante du déploiement de ce programme majeur de l’action gouvernementale. Elle est également un cadre de dialogue avec les principaux partenaires au développement », explique  Ibrahima kassory Fofana. Globalement, affirme-t-il,  il ressort de ce  rapport que les actions programmées en 2018 ont connu un rythme d’exécution meilleur que celui de 2017, induisant une amélioration du bien-être de la population et une progression vers une transformation structurelle de l’économie. Pour lui, le consensus dégagé par le Gouvernement autour du PNDES, dans un environnement où tout reste prioritaire, atteste de la solidarité et de la cohésion au sommet de l’État pour relever le défi d’un développement durable et inclusif.

Pour sa part, Mama Kanny Diallo, ministre du Plan et du Développement économique, confirme  que des progrès sont notables  en matière d’amélioration du bien-être de la population : « la croissance économique se  situe à 6,2% en 2018, une croissance tirée principalement par les sous-secteurs de l’élevage, de l’agriculture, des industries extractives, de l’électricité, du commerce, de l’hôtellerie, des transports et des télécommunications. » Pour ce qui est de la mobilisation des ressources internes, selon elle,  le taux de  pression fiscale s’établi à 12,5% du PIB en 2018 contre une prévision  de 15%.

A lire  SCANDALE: le DG de la LONAGUI révoqué par Alpha Condé

Toutefois, elle reconnait  la nécessité d’intensifier les actions de lutte contre la corruption dans le pays.

GMC