Mutilation Génitale Féminine : les organes de coordination restructurés

Les 3 et 4 octobre 2019, le centre d’appui à l’autonomisation des femmes de Cameroun a servi de cadre à l’atelier de restructuration des organes de coordination pour l’abandon des mutilations génitales féminines (MGF) et la diffusion du plan stratégique.

Les participants, durant ces deux jours de travaux, se sont particulièrement penchés sur cette structure de coordination qui deviendra une boussole pour mener à bien les activités.

La cérémonie de clôture a été présidée par Mariama SYLLA, Ministre de l’Action Sociale de la Promotion Féminine et de l’Enfance, El Hadj Aly Jamal Bangoura, Secrétaire général Aux Affaires Religieuses, Magali Romedenne, Représentante Adjointe de l’UNICEF en Guinée et d’autres partenaires bi et multilatéraux intervenants dans le domaine.

Après avoir transmis les remerciements de l’UNICEF pour la bonne collaboration dans la mise en œuvre du programme conjoint pour la promotion de l’abandon des MGFs, Magali Romedenne, a réitéré la disponibilité de son institution à soutenir et accompagner toutes les actions du gouvernement en faveur de la réalisation des droits de l’enfant, des femmes et des jeunes filles. Notamment à travers la mise en œuvre du Programme National de Développement Economique et Social (PNDS) 2016-2020.

UNICEF/ I.S. KABA
Magali Romedenne, Représentante Adjointe de l’UNICEF en Guinée

Le programme conjoint UNFPA-UNICEF sur les MGF débuté en 2008 et qui a entamé sa troisième phase en 2018 est un exemple de programme d’appui à la mise en œuvre des priorités du gouvernement consigné dans le PNDS. Magali Romedenne poursuivra : « malgré les résultats probants obtenus ces derniers temps, il y a encore à faire. Nous avons le devoir d’agir ensemble pour le bien-être des femmes guinéennes et principalement les jeunes filles sans lesquelles le développement socio-économique ne pourra être envisagé. En raison de la complexité de l’ancrage dans cette pratique dans nos sociétés, nous ne pouvons espérer obtenir un résultat satisfaisant que si nous mutualisons nos efforts, nos interventions et nos ressources ».

A lire  SLECG/GREVE : Les 11 centrales syndicales de l'USTG déposent leur préavis de grève !
UNICEF/ I.S. KABA
El Hadj Aly Jamal Bangoura, Secrétaire général aux Affaires Religieuses de la Guinée

Dans la lutte pour l’éradication de cette pratique, les religieux ont un grand rôle à jouer. El Hadj Aly Jamal Bangoura, Secrétaire général aux Affaires Religieuses de la Guinée, dira : « mon département ne ménagera aucun effort pour la promotion de l’abandon des MGFs en Guinée. On attache un prix très important à ce programme. Au nom des chefs religieux nous allons travailler avec le département de l’action sociale dans ce sens. Je ne peux que vous féliciter et encourager et vous réaffirmez que le secrétariat général des affaires religieuses est un partenaire sûr et incontournable dans cette lutte ».

UNICEF/ I.S. KABA
Mariama Sylla, Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance

Avant de clore les travaux, Mariama Sylla, Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, a, sur la base des recommandations obtenues à l’issue de l’atelier, suggéré d’adopter de nouvelles stratégies à savoir l’inscription des MGFs dans le cursus des modules de formations des écoles de santé et aussi dans les politiques et programmes de santé reproductive. La Ministre de poursuivre : « Je ne souhaite pas qu’on dilue les MGFs dans les violences basées sur le genre. Je le dis parce que tout simplement c’est l’une des pires formes de violences que nous enregistrons ici en Guinée. Avec le mariage précoce, ces deux phénomènes nous affectent profondément ».

Durant ces deux jours, les participants ont passé en revue, entre autres, la mission de la coordination nationale des Violences Basées sur le Genre (VBG) et les MGF, la composition et le rôle du bureau de la coordination nationale, les modalités de fonctionnement de la coordination. Mais également, l’élaboration de l’arrêté ministériel mettant en place la coordination en fin novembre.

A lire  GUINEE: le CNOSCG préconise l'ouverture du processus électoral à "toute l'opposition politique"

Ibrahima Sory Kaba, Unicef Guinée