INIDH : les rideaux sont tombés sur la session de l’INDH

Les travaux de la 4éme session ordinaire de l’Assemblée plénière de l’institution nationale indépendante des droits humains (INIDH) ont pris fin ce jeudi 26 décembre 2019. A l’occasion, la palme nationale des droits humains  à été remise à la coalition nationale de Guinée pour les droits et la citoyenneté des femmes (CONAG-DCF.)

Dans son discours de circonstance, Dr Alia Diaby, président de l’INIDH, indique que cette session  a permis aux commissaires aux droits de l’homme de revisiter le cadre juridique et institutionnel des droits de l’homme en Guinée : « les échanges avec les experts ont clairement démontré que notre INIDH est partiellement conforme aux principes de Paris et qu’en l’état il est possible et même souhaitable d’entamer la procédure d’accréditation au sein de l’alliance mondiales des INIDH à Genève ». Il est également apparu, selon lui, que notre INIDH a besoin de s’inscrire dans une perspective de toilettage de la loi qui la régit : «  il s’agit là de défis à relever par le bureau exécutif et le législateur

Cette année la palme nationale des droits humains (PANADH 2éme édition) a été décernée à la coalition nationale de Guinée pour les droits et la citoyenneté des femmes (CONAG-DCF). Pour Alia Diaby, ce choix  n’est pas fortuit : « elle est reconnue comme groupe leader dans la lutte contre les violences faites aux femmes, dans la lutte contre les mutilations génitales féminine, dans la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes…»

Pour Binta Nabé, présidente de CONAG-DCF, ce prix   réconforte sa structure et la motive à œuvrer d’avantage pour le respect des droits humains.

A lire  COMMUNE DE GUECKEDOU : deux conseillers jettent l’éponge

 

Balla Yombouno