Le masque tombe-t-il à propos du Pr. Maurice Zogbelémou ?

C’est une présence qui ne risque pas de faire taire les soupçons que celle du Pr. Maurice Zogbelémou Togba à l’Assemblée générale hebdomadaire du RPG-arc-en-ciel de ce samedi 28 décembre. Suite à ses arguments dont se prévalent les partisans de la nouvelle constitution pour justifier la conduite du projet à son terme, beaucoup au sein de l’opinion avaient accusé le juriste émérite d’accointance avec le pouvoir du président Alpha Condé. Eh bien, le fait pour lui de s’afficher ce samedi à l’AG du parti au pouvoir n’est pas de nature à calmer ces accusations. Loin s’en faut.

Surtout qu’il n’y a pas que la présence physique du juriste. Ses détracteurs pouvant aussi et surtout invoquer les propos laudateurs que le parti du président Alpha Condé a tenus à son endroit. En effet, alors que sa participation à l’Assemblée restait plutôt discrète jusque-là, c’est le secrétaire à la jeunesse du parti qui le sort de l’anonymat. Soulignant en effet cette présence, M’Bany Sangaré invite le public constitué de militants et de responsables du parti à témoigner au Pr. Zogbelémou Togba une forme de reconnaissance. « Avant que Monsieur le Président ne lève la séance, nous avons l’insigne honneur de vous présenter, l’ancien ministre de la Justice, un professeur aguerri de droit, Monsieur Maurice Zogbélémou Togba, .. Je vous demande d’applaudir très fort. C’est une très haute personnalité guinéenne, un grand juriste africain et qui est très proche de vous. Il soutient le professeur Alpha Condé, il soutient la nouvelle constitution », déclare le Directeur général de l’Office guinéen des chargeurs (OGC).

A lire  MAMOU: blessée par l'amant de sa maman

Visiblement gêné par cette publicité dont il se serait bien passé, l’ancien ministre de la Justice est resté impassible. Au point que les médias ont essayé de le faire réagir, il n’a pas accepté.

On rappellera qu’à la surprise générale, c’est l’ancien ministre Maurice Zogbélémou Togba, dans sa lecture de la constitution du 7 mai 2010, qui avait invoqué l’article 51 de cette dernière comme base légale du changement constitutionnel. Il écrivait dans cette tribune : « l’élaboration d’une nouvelle constitution, à l’initiative du Président de la République, a donc pour base légale l’article 51 de la constitution qui dispose que : « Le Président de la République peut, après avoir consulté le Président de l’Assemblée Nationale, soumettre à référendum tout projet de loi portant sur l’organisation des pouvoirs publics, sur la protection et la promotion des libertés et droits fondamentaux, ou l’action économique et sociale de l’Etat, ou tendant à autoriser la ratification d’un traité ». Et même si cet avis avait été fortement contredit par d’autres juristes, le président Alpha Condé et ses partisans s’en sont tenus à celui-ci.

Jusqu’ici, c’est de sa légitimité de grand juriste dont le niveau et les compétences font l’unanimité dont se prévalait Maurice Zogbélémou Togba. Et subtilement, il s’en servait pour prétendre à une certaine neutralité dans le débat. Mais avec ce qui s’est passé ce samedi au siège du RPG, il aura encore plus de difficultés à convaincre de cette neutralité.

Boubacar Sanso BARRY