Actualités Politique

Le ministère de la Sécurité dément la « propagande » sur « l’enfant tué par balle » à Sonfonia

Depuis le début de l’après-midi de ce mardi, la vidéo relayée en boucle sur la toile, suscite l’indignation. On y voit un enfant, manifestement atteint à la tête couché par terre. Autour de lui, du sang. Les premières disent qu’il s’agit d’une autre victime de la répression des manifestations du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) contre le projet de nouvelle constitution du président Alpha Condé. Faux, rétorque ce soir le ministère de la Sécurité. Dans un communiqué qui vient de nous parvenir via la Cellule de communication du gouvernement, le ministère de la Sécurité et de la Protection civile, évoquant une « propagande », indique qu’il s’agit plutôt d’un « jeune du nom de Aboubacar FOFANA qui ramassait de la ferraille et qui a été victime de l’explosion d’un objet sur lequel il a mis feu. Il a été conduit à la clinique Mama Esther de Sonfonia pour des soins« . Au-delà de ce cas précis, dans son communiqué, le ministère de la Sécurité livre un bilan plus exhaustif de la deuxième journée de la phase de résistance active décrétée par le FNDC depuis ce lundi 13 janvier 2019. 

Ci-dessous l’intégralité du communiqué

Conakry, le 14 janvier 2020 – L’appel à la manifestation du FNDC a été suivi ce Mardi 14 Janvier 2020 à Dalaba, Pita, Labé Lélouma et Tougué.

Dalaba, les manifestants ont érigé des barricades avant de tenter d’attaquer le bloc administratif et le siège de la préfecture.

Dans la commune urbaine de Pita, les locaux de la Gendarmerie territoriale et le commissariat central de Police ont été lapidés, saccagés et incendiés par les manifestants. A Timbi-Madina, tous les agents de l’Administration ont été chassés de la commune rurale par des manifestants.

Dans la commune urbaine de Lelouma, les manifestants ont tenté d’attaquer le siège de la préfecture, en vain grâce à la résistance opposée par les forces de l’ordre.

Bilan : un policier blessé par balle, le commandant de la Gendarmerie Territoriale et le commissaire central de Police de Lelouma blessés par jets de pierres.

Dans la commune urbaine de Labé, les manifestants ont lancé des offensives pour attaquer les sièges de la préfecture, du cantonnement de la CMIS (Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité), de la CEPI et du RPG Arc-en-ciel. Le Poste de la Police de Daka et plusieurs débits de Boissons ont été saccagés et incendiés.

NB : contrairement aux images et à la propagande sur la toile faisant état de la mort d’un enfant atteint à la tête par balle, il s’agit plutôt d’un jeune du nom de Aboubacar FOFANA qui ramassait de la ferraille et qui a été victime de l’explosion d’un objet sur lequel il a mis feu. Il a été conduit à la clinique Mama Esther de Sonfonia pour des soins.

Articles Similaires

TRIBUNE : Non, nous n’avons pas baissé les bras !!!

LEDJELY.COM

MALI : attention à l’excès de confiance de la part du M5

LEDJELY.COM

Les bénévoles du Ministère de la jeunesse au service des communes de convergence

LEDJELY.COM
commodo pulvinar felis diam Praesent ut tristique tempus lectus