Ledjely.com
Accueil » RD CONGO : un nouveau massacre à Beni
Actualités Afrique Politique

RD CONGO : un nouveau massacre à Beni

Béni, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC) enterre de nouveau ses morts. Théâtre d’une nouvelle attaque dans la nuit de mardi à mercredi, la ville martyre pleure au moins 36 des ses habitants. Essentiellement des paysans que des rebelles que l’on soupçonne d’être du groupe des Fores démocratiques alliées (ADF) ont de sang-froid exécutés à la machette. Les pauvres, rentrés de d’une journée de labeur dans leurs champs, s’apprêtaient à manger quand les bourreaux ont attaqué. Un autre massacre qui interpelle la mission des Nations unies en RDC, mais aussi l’armée congolaise et le nouveau président, Félix Tshisekedi. D’autant que cette nouvelle tragédie relance l’insoluble problématique de la sécurité dans cette zone grise se situant entre la RDC, l’Ouganda et le Rwanda.

De l’avis des observateurs au fait de la crise dans l’est de la République démocratique du Congo, cette nouvelle attaque sonne comme une vengeance de la part des rebelles de les ADF. Vengeance consécutive à l’attaque, en novembre dernier, de la base-arrière des rebelles par l’armée ccongolaise, avec à la clef, la mort de cinq de leurs six principaux chefs. Estimant alors avoir définitivement eu raison de la rébellion, les responsables militaires congolais, mi-naïfs, mi-gonflés, avaient assuré les populations qu’elles peuvent revenir dans leurs villages, sans crainte. Sauf que depuis cette victoire qui certes n’a pas être banalisée, l’armée semblait s’être endormie sur ses lauriers. Ce dont ont profité les ADF pour préparer leur opération de revanche et ainsi passer à l’acte ce mercredi. Une attitude de relâchement inacceptable de la part des troupes congolaises qui ont bien conscience du caractère relatif de la sécurité qui règne dans cette partie du pays.

A lire  DOUBLE SCRUTIN: les Etats-Unis expriment leur inquiétude

Mais au-delà de l’armée congolaise, c’est à aussi à la Monusco qu’il convient de poser d’autres questions. Puis qu’on en revient toujours à la même question. Où étaient les soldats de l’ONU quand l’agression a commencé. Puis, à quoi servent-ils si leur présence ne peut pas dissuader certains récalcitrants. Le président congolais, lui aussi, doit fournir des explications. Parce qu’en arrivant aux affaires, il avait conscience des problèmes qui minent le partie orientale du pays, en général et la ville de Beni en particulier. Mais il ne semble pas accorder tout l’intérêt requis à ces problèmes. De ce point de vue, il n’est pas très différent de son prédécesseur. Hélas !

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

GUINÉE : les forces de sécurité ont failli à leur devoir d’empêcher les violences électorales

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ/COVID-19 : les autorités sanitaires font le point sur la gestion de l’épidémie dans la région

LEDJELY.COM

PRESIDENTIELLE 2020 : l’UPDG étudie la possibilité d’accompagner un des partis en lice

LEDJELY.COM

MISE AU POINT : « Je ne suis le journaliste de personne ! » (Oumar Kateb Yacine)

LEDJELY.COM

GUINEE : le FNDC analysé sous le prisme du Républicanisme de Philip Pettit

LEDJELY.COM

PRESENTATION DU RAPPORT D’AUDIT DU FICHIER ELECTORAL : la colère de Cellou Baldé de l’UFDG

LEDJELY.COM
Chargement....