A la une Actualités Economie

KINDIA : une rencontre pour la relance de la filière ananas

L’atelier de concertation pour la relance de la filière ananas en Guinée a débuté, ce vendredi 31 janvier 2020, à Kindia. L’initiative est du SADEN en collaboration avec l’organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI). Il intervient en prélude du salon des entreprenariat (SADEN) prévu à Kindia. Objectif : discuter des choix stratégiques  d’intervention et de collaboration  entre les acteurs.

Dans son discours, Moussa Camara,  président des acteurs de la filière ananas de la Basse Guinée  explique que le projet  de la relance  de la filière Ananas (REFILA) a démarré en 2017 avec l’appui du gouvernement et des partenaires techniques et financiers avec des objectifs clairs : « à savoir mettre en valeur  et atteindre  800 ha de plantation avec un rendement moyen  de 50 tonnes  par an et, à l’horizon  2025, produire 200.000 tonnes d’ananas  frais pour 50.000 tonnes destinés  à l’exportation ». Pour la réussite de cette relance, admet-il,  beaucoup de défis sont à relever : «  augmenter les superficies, améliorer les rendements, avoir des terres et les aménagés.   Il y a également le respect des  normes.»

Pour  sa part, Ousmane Barry, coordinateur national du projet de relance de la  filière   ananas pour l’ONUDI  indique : «   nous voulons, au niveau de ce projet,  essayer d’aider les producteurs à augmenter leurs productions et faire de sorte que ces productions puissent répondre aux normes et qualité exigées par les consommateurs  de l’extérieurs.»

Dans son discours d’ouverture, N’Fansoumane Touré, préfet de Kindia, rappelle que  la Guinée a été l’un des premiers pays du continent à avoir une industrie moderne de production et d’exploitation  des fruits tropicaux : « en 1958, la guinée exportait 55000  tonnes   d’ananas par le port de Benty. En ce moment,  les bateaux chargés de produits tropicaux  pouvait quitter chaque mois le pays à destination de l’Europe… »

Plus loin,  il se dit persuadé que les groupes de travail  constitués auront la compétence nécessaire de peaufiner des stratégies devant permettre au pays d’améliorer ses performances dans  la filière ananas.

Notons que le coût de  projet  de la relance  de la filière Ananas (REFILA), s’élève à 5 millions d’Euros. L’Union européenne, dans le cadre du 11éme FED, prend en charge 4 millions d’Euros.

Balla Yombouno, envoyé spécial Kindia

Articles Similaires

URGENT: la CEDEAO n’enverra pas d’observateurs pour le double scrutin de dimanche

LEDJELY.COM

La nouvelle constitution, plutôt une « régression »

LEDJELY.COM

Qui a falsifié « la nouvelle constitution » ?

LEDJELY.COM
felis ut adipiscing Donec fringilla Aliquam tristique leo. Phasellus id, et, porta.