Ledjely.com
Accueil » A Labé, des gendarmes ‘’répressifs’’ indésirables dans certaines familles
Actualités Politique Société

A Labé, des gendarmes ‘’répressifs’’ indésirables dans certaines familles

La crise politique découlant de la volonté affichée du président Alpha Condé de doter la Guinée d’une nouvelle constitution risque bien de dégrader à nouveau les rapports entre les populations civiles et celles en uniforme. En tout cas, on en perçoit déjà les signes annonciateurs à Labé. Précisément, à Gadha Pounthioun, un secteur de la commune urbaine de la capitale du Fouta Djallon, nous rapporte-t-on, des gendarmes ont été sommés par les concessionnaires de vider les domiciles qu’ils occupaient jusqu’ici. Ce, parce qu’on les soupçonne d’avoir pris part à la répression des dernières manifestations dans la ville. Répression qui s’était soldée par des pertes en humaines et de nombreux blessés. L’on nous rapporte sept cas précisément.

Les concessionnaires auraient donc agi en guise de représailles. Même si ce n’est pas tout à fait ce que nous dit Hadja Mariama Baldé. Elle reconnait faire partie de ceux qui ont délogé des agents de sécurité qu’ils abritaient dans leurs concessions. Mais elle indique avoir elle-même agi sous contrainte. «Oui c’est vrai, nous avons délogé des agents qui étaient logés chez nous. Mais j’avoue que nous ne l’avons pas fait de gaité de cœur. Nous avons été contraints de les déloger parce que nous avons  reçu la visite des jeunes cagoulés qui ont exigé de nous que nous les chassions, sans quoi, ils nous ont menacés de s’en prendre à nous et à nos biens. Et puisqu’il en était ainsi, nous avons pris peur et nous étions dans l’obligation de les déloger pour préserver nos familles des menaces et nos maisons des casses» explique-t-elle.

L’information nous a été également confirmée du côté des agents délogés.  Un haut officier de la gendarmerie, préférant s’exprimant sous anonymat parce que n’ayant pas expressément reçu l’ordre de sa hiérarchie, explique : «je confirme que beaucoup de nos collègues ont été délogés par leurs concessionnaires. Parmi eux, il y a des gens qui ont des familles et qui sont obligés de les renvoyer chez leur parents jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Nous ne savons pas exactement la cause. Mais je sais que depuis la récente manifestation, certaines familles qui logeaient des hommes en uniforme ont décidé que c’est derniers quittent leurs habitations.»

Pourtant, l’officier en question trouve que c’est un faut procès qui leur est fait. Autrement, déclare-t-il : «lorsque nous sortons pour le maintien d’ordre, c’est pour ramener le calme et non pour reprimer quelqu’un, et je pense que nous ne devrions pas être jugés ou tenus responsables du travail que nous faisons. Après tout, nous le faisons pour cette même population», confie-t-il.

Au-delà des sept agents délogés à Gadha Pouthioun, l’on nous rapporte que d’autres pourraient subir le même sort dans d’autres quartiers de la ville.

Ibrahima Kindi BARRY

Articles Similaires

GUINEE : des pistes de réflexion pour crédibiliser et pacifier le processus électoral

LEDJELY.COM

Le siège du PUP fait peau neuve : Fodé Bangoura, l’artisan du renouveau d’un parti qu’on annonçait mort

LEDJELY.COM

GUINÉE : après la sortie de Michelle Bachelet, le FNDC appelle l’ONU « à joindre des actes forts aux déclarations de principes »

LEDJELY.COM

Le cri de cœur des citoyens de Kondiaran après l’arrêt des travaux de la route Kankan-Mandiana

LEDJELY.COM

L’Espagne appuie la Guinée dans sa lutte contre le virus Ebola

LEDJELY.COM

EBOLA ET COVID-19 : l’ANSS apporte des précisions…

LEDJELY.COM
Chargement....