Ledjely.com
Accueil » Des activists de droits humains dispersés à Matoto, un militant du FNDC mis aux arrêts
Politique

Des activists de droits humains dispersés à Matoto, un militant du FNDC mis aux arrêts

Dans l’après-midi de ce jeudi 20 février, une poignée d’activistes de droits humains a été dispersée devant le commissariat central de Matoto. Le groupe, tout au juste une dizaine, s’était mobilisé pour la libération d’une nourrice arrêtée hier mercredi au marché d’Enta, pour nous dit-on, s’être interposée entre un agent de sécurité et une vieille que ce dernier rouait de coups.

Mamouna Barry, la vingtaine, est celle qui a lancé via le réseau social facebook l’appel à la mobilisation en faveur de la nourrice. “J’ai agi en tant que femme et activiste”, explique-t-elle. Elle entendait par son action aider à la libération immédiate de la nourrice. D’autant que, selon elle, l’arrestation de cette dernière n’obéit à aucune logique. “On ne l’a  pas arrêtée parce qu’elle a fait quelque chose de mal, mais c’était dans la cadre de la manifestation du FNDC.  Les forces de l’ordre  étaient en train de battre une vieille dame et elle est venue s’interposer  et on l’a arrêté parce qu’elle a voulu s’opposer aux agissements des forces de l’ordre qui frappaient la vieille dame.  On l’a  arrêtée avec le fils de celle qu’elle était venue épauler”, explique Maïmouna.

Dans un premier temps, les deux sont conduits à la CMIS d’Enta, puis transférés au commissariat central de Matoto. Selon Maïmouna, ce qui l’a particulièrement poussé à agir aussi vite et ne pas attendre que la procédure judiciaire aille à son terme, c’est le fait que le mari de la nourrice, venue un peu plus tard dans la journée de mercredi pour essayer d’obtenir la libération de son épouse, a lui aussi été mis aux arrêts. Le couple a donc du passer la nuit au commissariat.

Se mobilisant donc à la suite de cette succession d’événements, Maïmouna Barry et ses camarades n’auront pas véritablement eu le temps de s’exprimer. Partis de Sangoyah, le point de ralliement, ils venaient à peine d’arriver à hauteur du commissariat et de brandir leurs banderoles, quand les forces de l’ordre ont subitement surgi devant eux. “Ils nous ont gazés  et moi personnellement  ils m’ont  visé au niveau du pied (…) Ils nous ont poursuivis  et moi ce sont deux policiers qui m’ont poursuivie dans le quartier.  Ils m’ont dit qu’ils vont m’avoir”, explique-t-elle. “Nous étions au nombre de 8 et un à été arrêté un jeune connu sous le nom de général  Bailo”, ajoute-t-elle.

Selon l’activiste, la nourrice a été déférée ce jeudi même et que son procès s’ouvrira demain vendredi au Tribunal de première instance de Mafanco.

La rédaction

Articles Similaires

FONIKE MENGUE : un Collectif d’ONG demande la libération immédiate de l’activiste

LEDJELY.COM

ÉTHIOPIE : la situation incertaine et précaire à Mekele laisse toujours planer l’inquiétude

LEDJELY.COM

Pour comprendre le mal et panser notre pays, le dialogue entre Guinéens est impératif

LEDJELY.COM

Tierno Monénembo : « Je ne reculerai pas »

LEDJELY.COM

ÉTHIOPIE : l’armée bombarde Mekele, la capitale du Tigré

LEDJELY.COM

#NABAYAGATE : le Parquet de Conakry ouvre une enquête judiciaire

LEDJELY.COM
Chargement....