Ledjely.com
Accueil » KANKAN/MARCHES : des bourbiers d’infortune
A la une Societé

KANKAN/MARCHES : des bourbiers d’infortune

Bousculades, batailles, transpiration… Rentrer ou sortir de l’intérieur des  marchés de Kankan vire le plus souvent à l’épreuve de force. En cause, le stationnement anarchique des  mototaxis et l’occupation désordonnée des chaussées par des vendeuses de produits de tout genre.

Mardi 3 mars 2020.  A Kankan, il est 10 heures. Aux alentours du marché  Sogbè, l’ambiance est plus pétillante qu’à l’intérieur. Alors que de nombreuses ménagères se battent pour accédé à l’intérieur du marché et s’acheter des condiments, beaucoup d’autres personnes tentent de s’extirper du bourbier créé à la rentrée en raison des vendeuses qui accourent pour leur proposer des articles et des motards qui font des tours sur places pour  déposer, prendre ou séduire les clients. Dans ce concert de klaxons et de crépitements  de pneus, Michel kpoghomou, diplômé en géographie à l’Université Julius Nyerere et conducteur de mototaxi explique : « nous n’avons pas de lieu approprié pour le stationnement. En dehors de ces endroits, il nous est difficile de trouver des clients.» Cependant, il reconnait  que des prises-de-becs  sont  fréquents dans le parage, soit  entre motard et passant ou entre citoyens : « la bousculade est souvent à l’origine de ces querelles. »

A côté, Mariam Cissé, âgée d’une  vingtaine d’années, vend du gingembre, entourée de plusieurs vendeuses de galette et autres articles. Assise sur un tabouret installé au milieu de la chaussée, elle peine à servir un client, céder le passage à une jeune dame qui l’a bouscule sans se rendre compte pour se frayer un chemin et à  calmer  en même temps son  enfant dont les habits sont trempés de sueur. Pourtant, elle ne compte pas quitter cet endroit : « j’ai des enfants à nourrir. Si  je n’utilise pas cette place, je rentre bredouille à la fin de la journée. »  Sur les risques encourus, elle affirme: « Dieu veille sur moi ».

De l’autre bout de la ville, Kadiatou D, après ses courses au marché Dibida est mécontente. Elle  raconte : « j’ai fais une dizaine de minutes pour sortir du marché. Il faut bousculer les uns et être bousculé les autres pour traverser. Les motards et les vendeuses empêchent les gens de circuler facilement.» Pour elle, les autorités feraient mieux de mettre de l’ordre aux alentours des marchés : « chacun fait ce qui l’arrange, même au mépris du bon sens et de la loi. »

Rencontrée, Aminata Doumbouya,  4ème  vice-maire de la commune dénonce le manque de respect des clauses  signées par les conducteurs de mototaxis et les vendeuses ambulantes : « il y’a suffisamment de place à l’intérieur des marchés. Mais, les gens refusent d’utiliser ces endroits au motif que les clients n’aiment pas aller à l’intérieur des marchés. »  Ainsi,  Pour  elle, il est important les femmes restent dans les marchés de  leurs quartiers pour s’approvisionner en denrées alimentaires.

Pour résoudre ce problème, elle admet que les autorités devront prendre des dispositions qui s’imposent, notamment continuer la sensibilisation des  vendeurs et vendeuses pour les amener à occuper les boutiques, les hangars et les  magasins de l’intérieur du marché et pousser les conducteurs de mototaxis à respecter les codes de sécurité.

Depuis Kankan

Michel Yaradouno pour le djely. Com

Articles Similaires

FAUT-IL DISSOUDRE L’ASSEMBLÉE NATIONALE ? « Il faut quand-même respecter le choix des électeurs », estime Albert Damantang Camara

LEDJELY.COM

CONCOURS APPEL A ECRITURE : les lauréats reçoivent leurs prix

LEDJELY.COM

KANKAN : le gouverneur, Sadou Keita, adopte de nouvelles mesures face à la recrudescence de l’insécurité

LEDJELY.COM

FOOTBALL : Diego Maradona est mort à l’âge de 60 ans

LEDJELY.COM

JOURNÉE DE MANIFESTATION : des incidents signalés entre forces de l’ordre et manifestants à Bambeto

LEDJELY.COM

JOURNÉE DE MANIFESTATION DE L’UFDG et DE l’ANAD : notre constat sur l’autoroute Fidel Castro

LEDJELY.COM
Chargement....