Thomas Dietrich, un journaliste français agressé à Conakry

A priori, notre confrère n’est plus aussi méconnu en Guinée. Il est en effet l’auteur de l’article ‘’Guinée : ce n’est pas une révolte, c’est une révolution’’. Une publication qui avait été largement partagée et qui avait suscité bien de commentaires, dans la mesure où Thomas Dietrich avait réussi à soutirer au gouverneur de Labé des aveux sur la responsabilité des services de sécurité dans la mort des manifestants du FNDC tombés dans cette ville capitale de la Moyenne Guinée. Il avait par ailleurs été également menacé en janvier dernier à Coyah. Eh bien, cela s’est d’une certaine façon répété pour lui ce jeudi 5 mars à Hamdallaye. En situation de reportage, il aperçoit des agents battant un jeune manifestant. Il veut filmer…Il ne fallait pas. Bref, lui-même nous fait le récit de sa mésaventure

« J’étais en train de couvrir la marche entre Bambéto et Hamdallaye. De l’autre côté de la route, j’ai vu qu’ils passaient à tabac un jeune manifestant et celui-ci  était agrippé à un poteau. J’ai commencé à filmer et ils se sont précipités vers moi et ils m’ont dit d’arrêter de filmer, j’ai répondu non. En plus, j’ai présenté mon accréditation, ils ne l’ont pas regardée et violemment, l’un d’entre eux m’a porté un coup sur l’épaule. Ils ont braqué une arme vers moi et ont dit qu’ils vont me massacrer. Il y avait des policiers, des gendarmes et peut-être même des militaires. Ils ont insisté à ce que je supprime la vidéo, j’ai refusé ».

Notre confrère promet par ailleurs de porter plainte : « c’est inacceptable, ils ont touché à mon intégrité physique et je compte porter plainte. C’est vraiment dommage que les violences policières soient une réalité sur la presse, qu’elle soit étrangère ou guinéenne, c’est inacceptable ! ».

A lire  Ibrahima Sory Diallo, de Guineematin, brièvement auditionné à la DPJ

Ci-dessous la vidéo de son agression

 

Propos recueillis par Ibrahima Kindi BARRY