Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno ont-ils été torturés ? Le FNDC émet des soupçons

Après l’arrestation, hier, de Sekou Koundouno  et d’Ibrahima Diallo, tous deux responsables du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), les autorités ont refusé ce samedi matin que les avocats aient accès à eux. Le Front anti-troisième mandat y voit une manœuvre destinée à maquiller des traitements inhumains qui pourraient avoir été infligés à Sekou Koundouno et à son compagnon. Aussi, le FNDC interpelle la communauté internationale qu’il invite à rendre visite aux détenus pour s’assurer des conditions de leur détention.

COMMUNIQUE N°079                      

Chaque jour M. Alpha Condé et sa clique posent des actes tyranniques, sèment la violence et se livrent à toutes formes de violation des droits humains pour imposer leur projet de troisième mandat.

Deux leaders du FNDC, Sekou Koundouno et Ibrahima Diallo ont été violemment kidnappés le vendredi 6 mars et seraient illégalement détenus à la Direction de la Police Judiciaire dans des conditions dégradantes.

Ce matin, le collectif des avocats du FNDC a été refoulé et interdit d’accéder à ses clients dont le seul crime est de s’opposer à un coup d’État constitutionnel. Il est fort probable qu’un tel refus soit une façon d’éviter que les avocats constatent les mauvais traitements qu’ils ont subis.

Le FNDC condamne fermement ces agissements irresponsables et illégaux ainsi que tout acte de torture physique et psychologique régulièrement infligé aux membres du FNDC qui sont arrêtés.

Conformément à leur mandat, nous demandons aux représentations diplomatiques et à toutes les organisations de défense des droits humains en Guinée de bien vouloir aller s’enquérir des conditions de détention des personnes kidnappées.

A lire  FRANÇAFRIQUE : rien ne change

Après avoir échoué à intimider et étouffer le mouvement populaire qui a transformé leur rêve en couchemar, le pouvoir tente désespérément d’associer le FNDC aux actes criminels.

Faut-il rappeler que quelques heures avant leur kidnapping, Sekou Koundouno et Ibrahima ont animé une conférence de presse pour dénoncer les mises en scène des escadrons de la mort qui consistent à commanditer secrètement des incendies afin de les attribuer au FNDC.

Pendant ce temps, les preuves irréfutables montrant des policiers en train d’incendier des marchés et commettant d’autres actes criminels sont restées lettres mortes.

Le FNDC réaffirme son soutien indéfectible à ses leaders, à tous ses membres kidnappés et détenus à des endroits lugubres ou inconnus. Il exprime également sa solidarité et sa compassion à toutes les autres victimes de la répression sanglante dont le bilan actuel est de 42 personnes tuées et plus 132 blessés graves.

Nous exigeons la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes kidnappées et arbitrairement arrêtées.

Ces actes tyranniques, l’obstination et la surdité de M. Alpha Condé prouvent à suffisance qu’il ne veut donner aucune chance à la paix et qu’il tient à créer le chaos qui précipitera sa chute.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons!

Conakry le 07 mars 2020