MIGRATION/OIM : des jeunes migrants retournés outillés en anglais et informatique

La maison des jeunes de Nongo (commune de Ratoma) a servi de cadre ce samedi 7 mars 2020, à une cérémonie de remise de certificats de formation à 34 Jeunes migrants retournés. Durant 6 mois, ils ont été formés en anglais et informatique, plus précisément en informatique de base (maintenance et programmation). Une formation mise en œuvre par la représentation guinéenne de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM-Guinée) avec un appui financier de l’Union européenne, à travers le fond Fiduciaire d’urgence pour l’Afrique. En tant que telle, l’initiative s’inscrit dans le cadre du projet d’assistance au retour volontaire et à la réintégration des migrants en Guinée.

A lire  ECONOMIE : Kaloum ressent la…grève !

Profitant de l’occasion, Saa Samuel Millimono, responsable suivi-évaluation à OIM-Guinée explique que dans le cadre du défi migratoire qui se pose désormais à bon nombre de pays africains notamment, son organisation propose différents types d’appui dont la réintégration communautaire, collective, individuelle et les programmes de formation professionnelle. « Cette initiative qui couvre l’ensemble des régions de la Guinée vise à apporter une assistance humanitaire aux migrants africains et guinéens coincés sur les routes de la Méditerranée », note-t-il. Et à l’en croire, la stratégie se révèle plutôt payante, dans le mesure où, selon lui, le programme a permis le retour de 15000 migrants au lieu de 2000 prévus initialement. « Parmi ces 15000, plus de 4000 sont déjà réintégrés, c’est-à-dire ont bénéficié d’une activité génératrice de revenus ou d’un programme de formation leur permettant de devenir autonomes », souligne Saa Samuel Millimono.

Du côté des bénéficiaires, on affiche de la satisfaction et l’on s’engage même à faire en sorte que les efforts consentis ne soient pas vains. « Nous pouvons être fiers des certificats de notre formation qui nous donnent des atouts importants pour notre vie professionnelle.  Nous étions partis dans l’espoir d’obtenir une belle vie, mais après cette formation  nous avons finalement compris que rester et réussir est une grâce. Par rapport à cette aventure qui démarre, nous nous engageons à tenir jusqu’au bout, s’il faut jusqu’à obtenir un financement pour la mise en place d’un projet de prestation de services informatiques et de création de sites & applications web », promet ainsi Souleymane Bah, porte-parole de circonstance.

Si à l’OIM, on est bien content d’un tel engagement, on voudrait néanmoins qu’au-delà, les bénéficiaires puissent aussi s’impliquer pour aider le taux élevé d’émigrants illégaux en provenance de la Guinée.  « Nous avons besoin que ces jeunes participent à la sensibilisation, non pas pour dire aux gens de ne pas partir mais pour leur dire que c’est possible de partir, mais par la voix légale », suggère ainsi Saa Samuel Millimono.

A lire  URGENT: Alassane Ouattara ne briguera pas un troisième mandat

A noter que le programme vise 10 000 migrants retournés; l’OIM compte orienter les 5000 autres migrants qu’elle a retourné vers des institutions ayant des projets similaires. D’ailleurs, à propos, le cabinet Amiso technology (AM-TECH), une des deux structures ayant assuré la formaiton, est le fruit du même type de projet mis en place par d’autres migrants retournés en 2017.

Hawa Bah