8 MARS : Honorable Aïssata Daffé s’adresse aux femmes de Guinée

8 MARS : Honorable Aïssata Daffé s’adresse aux femmes de Guinée

Pour la présidente des femmes de l’Union des forces républicaines (UFR), la célébration, ce 8 mars 2020, de la journée internationale des droits des femmes, renvoie dans le cas de la Guinée, à la fois à un contexte et à un bilan. Contexte marqué par la contestation de la nouvelle constitution qui, à l’en croire, débouché elle-même sur de nombreuses violations des droits de la femme. Quant au bilan, il s’agit, selon l’honorable Aïssata Daffé, de celui du président Alpha Condé en matière notamment de promotion de la gent féminine dans les instances de prise de décision. Alors que le second mandat du chef de l’Etat qui prend fin dans quelques mois est dédié aux femmes, la présidente des femmes de l’UFR dresse des acquis maigres, voire même la dégradation de quelques-uns que la femme guinéenne croyait avoir définitivement engrangés. Aussi, elle invite ses consœurs à faire moins dans la naïveté et à regarder la réalité en face.

Ce 8 mars, nous sommes encore appelées femmes d’ici, femmes d’ailleurs, femmes du FNDC, femmes de l’UFR à célébrer nos droits, les droits des femmes.

C’est une occasion pour toutes les femmes de Guinée de s’interroger si les acquis dans ce domaine ont été respectés et valorisés par ceux qui nous gouvernent aujourd’hui. Ainsi, est-ce par un colloque ou encore une fête que nous, femmes de Guinée, saurons ce qu’il est advenu de nos droits ? Nous, à l’UFR, estimons qu’un colloque, comprenant des femmes actrices ou défenseuses des droits de l’homme ou plus spécifiquement des droits des femmes, aurait retenu notre attention et gagnerait notre adhésion. Mais que faire dans une fête célébrant les droits des femmes quand celles qui défendent les acquis en la matière sont kidnappées, torturées puis jetées en prison si elles ne sont pas utilisées en bouclier humain ou encore elles ne meurent pas après avoir été terrorisées par des exactions des forces de l’ordre ? Ou encore que célébrer avec un régime qui dit défendre les droits des femmes quand celui-ci refuse de promulguer la loi relative à la parité votée à l’Assemblée Nationale à l’effet de l’incorporer dans le code électoral ?

A lire  Les autorités guinéennes s’expliquent sur le premier cas suspect de Coronavirus

Le traité de Maputo dont la Guinée est signataire protège et donne aux femmes une place de choix dans la construction d’une Nation. Ce traité peine encore à être appliquée en Guinée.

La thématique choisie pour cette célébration ne corrobore guère avec une fête dans le contexte actuel de notre pays. En effet, l’on peut se rappeler que si l’égalité est chantée par ci et par là, n’oublions pas que ce mandat est celui des femmes, dit-on. Pendant ce temps, ce sont les femmes les plus victimes en termes d’inégalités, même leurs acquis leur ont été arrachés.

Alors que nous étions plus ou moins mieux représentées dans les sphères de décision, depuis un certain moment ce n’est plus le cas : de 7 ministres femmes nous sommes à 4 ministres, une seule femme préfète, une autre seule à être gouverneure. En clair, au lieu que ce mandat nous soit bénéfique, c’est le contraire qui se produit.

Il est alors temps que les femmes de Guinée de notre époque, à l’image de celles qui nous ont précédées, agissent de sorte à marquer positivement l’histoire de notre pays.

Tout en souhaitant bonne fête des droits des femmes à toutes et à chacune dans la réflexion, j’invite les femmes du monde à plus d’actions courageuses pour mériter leurs droits et à celles de Guinée, je les invite à nous rejoindre au sein du FNDC pour défendre les acquis de ces droits largement défendus et protégés par la constitution de mai 2010.

Honorable Aissata DAFFE

Présidente des Femmes de l’Union des Forces Républicaines (UFR)

A lire  ENTREE EN 7ème : 4 malvoyants… dans la course !