AGRICULTURE : PDCVA-G en session

Le  comité de pilotage du  projet de développement  des chaînes  de valeurs agricole en Guinée (PDCVA-G)  a tenu, ce mercredi  11 mars 2020,  sa  première session de l’année 2020.  Appuyé par  la banque islamique de  développement (BID), le projet  couvre l’étendue  du territoire  national pour  une durée  d’exécution de 5 ans (2019- 2023).  Il vise notamment à réduire la pauvreté  et à  améliorer  durablement  les conditions de vie des populations   vivant  dans les zones du projet.  

« Ce projet  s’inscrit bien dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES) », explique Aminata Kourouma, présidente  du comité de pilotage du projet et secrétaire générale  du ministère du commerce. Selon elle,

 la mise en œuvre de ce projet va impacter positivement  le niveau de vie des populations vivant dans la zone du projet  à travers l’amélioration du niveau d’employabilité des jeunes et l’autonomisation  des femmes.

Pour sa part,  Djenabe Diallo, coordinatrice du projet, indique que 11 filières sont couvert par le projet : la banane, le café, la pomme de terre, le manioc, le fonio, l’igname, la patate douce. «  Le tout  est renforcer par le  maraichage constitué  par les filières tomates, oignons e piment », ajoute-elle. A l’en croire, les 11 projets,  permettent  de développer la transformation et la  commercialisation des produits.

Dans son discours, Lamarana Diallo, bénéficiaires du projet et membre de la fédération des paysans du Foutah Djallon,   dégage un ouf  de soulagement : «  le projet appui de  l’approvisionnement en intrants jusqu’au stockage. Les produits sont transformés. Il porte aussi sur les route de franchissement».

A lire  Intégralité du discours de Foniké Mengué, le coordinateur par intérim du FNDC

Au sortie de cette réunion, les attentes sont nombreuses, notamment la sécurité alimentaire, l’amélioration des qualités des aliments, la transition  du système de culture de substance vers une culture  de marché durable etc. Le  un coût  s’élève à  39, 83 millions  d’euros. Le gouvernement  s’occupe de   1,70 millions  d’euros.

Balla Yombouno